Entretiens avec René Depestre

dscf6015
René Depestre à sa table de travail ©rym khene

Dans le cadre du travail de recherche de l’équipe Manuscrit Francophone (ITEM, ENS-CNRS), voici les premiers entretiens d’une longue série à venir.

Depestre et les écrivains 

où il évoque ses influences littéraires et ses lectures.

Depestre et les archives

où il parle d’archives qui… n’existent pas !

Depestre et sa bibliothèque

où il raconte les aventures burlesques de sa bibliothèque.

Entretiens avec René Depestre

Giang Huong Nguyen et « Continents manuscrits » récompensés en Côte d’Ivoire

Notre collègue Giang Huong Nguyen est de retour de  Côte d’Ivoire où elle s’est rendue pour la remise des récompenses du Prix Jeunesse Francophonie, pour un projet d’exploration du fonds Pham Van Ky qui a fait l’objet d’un article paru dans le dernier numéro de la revue en ligne Continents manuscrits :
Ci-dessous deux liens – un sur le classement des prix annoncé lors de la cérémonie du 29 octobre :
un sur les projets soumis au Prix :

Sony Labou Tansi à l’honneur au Tarmac, le 19 octobre 2016

prog-slt31Vingt ans après sa disparition, Sony Labou Tansi reste une figure majeure du théâtre et du roman africain, mais c’est aussi un poète et essayiste de portée universelle, comme le découvrent aujourd’hui plusieurs ouvrages qui viennent compléter son oeuvre foisonnante.

La voix de Sony Labou Tansi, moderne et intempestive, Grace Seri, Raphaël Naasz, Roch Amedet Banzouzi, Sara Darmayan et Emmanuel Lagarrigue la feront résonner en travaillant deux versions différentes d’un même recueil poétique, L’Acte de respirer.

En complément, l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM présentera sur la plateforme e-Man La Bombe Sony, un parcours littéraire et visuel conçu autour de l’écriture et poésie atomiques de celui qui disait « Je suis la bombe à hydrogène qui parle », conçu par l’équipe du projet « L’atelier numérique de Sony Labou Tansi » – Céline Gahungu, Xavier Garnier, Rym Khene, Nicolas Martin-Granel, Julie Peghini, Claire Riffard.

http://eman-archives.org/francophone/exhibits/show/sony-ou-la-bombe-h/la-bombe-h-sony

Séjour à la fondation des Treilles, groupe Dib

Objectifs du séjour : finaliser une méthode, un protocole de travail (pour l’édition en ligne et pour l’édition papier) et un calendrier à soumettre à toute l’équipe.

Participants : Habib Tengour (coordinateur scientifique du projet Dib), Claire Riffard, Karolina Resztak, Hervé Sanson, Sabeha Benmansour (coordinatrice de l’équipe de Tlemcen), Isabelle Mette, Isabelle le Masne de Chermont (directrice du département des Manuscrits de la BnF).

Coordinateurs groupe Dib, les Treilles
Coordinateurs groupe Dib, les Treilles

Premiers résultats :

Définition des deux projets éditoriaux : l’édition papier et l’édition numérique sont pensées comme complémentaires.

– L’édition papier, dont le premier volume sortira en 2020, sera destinée à proposer à un lectorat aussi large que possible une édition critique à orientation génétique de toutes les œuvres de Dib, en s’appuyant sur les manuscrits pour renouveler l’approche de cet auteur ;

– L’édition numérique, en cours de réalisation depuis le printemps 2016, s’adressera aux chercheurs en génétique des textes plus spécifiquement ; elle rendra compte de manière exhaustive, à travers des parcours génétiques, de la genèse des œuvres de l’écrivain.

Mise en œuvre :

– L’édition papier sera assurée par CNRS éditions, dans la collection « Planète libre » qui a déjà édité des éditions critiques à orientation génétique des œuvres de Senghor (2007), Rabearivelo (2010-2012), Césaire (2013), Memmi (2015) et Sony Lab. Tansi (2015). Il pourrait être intéressant de proposer une co-édition à l’ENAG (éditeur national algérien) et aux éditions de la BnF.

– L’édition en ligne se fera sur la plateforme d’édition génétique de l’ITEM, e-Man.

Le sommaire auquel nous avons abouti s’appuie sur un principe de classement des textes par chronologie génétique ; il implique un abandon de la hiérarchisation par genre, par œuvre et par ordre chronologique de publication. Le classement retenu repose sur la reconstitution de nœuds génétiques à l’intérieur desquels plusieurs textes sont entrés en relation. Le rapprochement des avants-textes a permis cette reconstitution, qui reste à confirmer en revenant sur les manuscrits. C’est ce nouvel ordonnancement des œuvres de Dib, associé aux récits de genèse proposés pour chaque ensemble d’œuvres et aux notes de bas de page à orientation génétique, qui caractérisera notre édition.

Formation à e-Man, Tlemcen (Algérie), 20-21 avril 2016

Une formation à notre nouvelle plateforme d’édition numérique génétique, e-Man, a été donnée à Tlemcen sur les manuscrits d’auteurs algériens du XXème siècle.

équipe algéro-française, Univ. de Tlemcen_ITEM_LaFEF, crédits : CR
équipe algéro-française, Univ. de Tlemcen_ITEM_LaFEF, crédits : CR

Les objectifs étaient de s’initier aux atouts et contraintes d’une édition génétique numérique, de découvrir et manipuler la plate-forme e-Man et de saisir des métadonnées pour des collections, des contenus et des fichiers. Les 12 participant(e)s ont pu créer 5 collections et continueront le travail à distance jusqu’à publication de ces collections.

Parution de Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas

Nous signalons la sortie, aux Éditions Passage(s), de l’essai de la Pr Kathleen Gyssels (Université d’Anvers), consacré à l’oeuvre Léon-Gontran Damas, poète guyanais, appelé aussi le troisième homme de la négritude.

Centré sur Black-Label, quatrième recueil de Damas, le livre de la Pr Gyssels pose un regard nouveau et désenclavant sur ces poésies, un peu négligées au moment de leur première parution chez Gallimard (la quatrième de couverture) :

En 1956, le « troisième homme de la négritude » publie son troisième recueil de poésie chez son éditeur le plus prestigieux, Gallimard. Force est de constater que ce poème en quatre mouvements retint peu l’attention des critiques, et pour cause. Le Guyanais s’y montre particulièrement élusif tout en reprenant la thématique qui lui tient à cœur (anticlérical et anti-bourgeois, pacifiste et anti-assimilationniste).

Paru l’année même du premier Congrès des artistes et écrivains noirs, « Black-Label » est le plus surréaliste chant alternant passé et présent, pays rêvé et pays réel, mais encore, sous l’effet des « Alcools », des fantasmes de transgressions et des aveux et prières de pardon. Ici, Damas se montre traversé de crises profondes touchant aux Lignes multiples qui confinent l’Antillo-Guyanais, tant en France qu’ailleurs : Ligne de couleur (DuBois), de classe et de « gender ».

Dans l’essai, le troisième recueil du troisième homme de la négritude est situé dans son contexte socio-historique, désenclavant Damas de la négritude et l’incluant dans d’autres triangles d’âmes-frères. D’abord, l’affiliation esthétique et éthique, stylistique avec Richard Wright, Langston Hughes, Claude Mc Kay, ensuite la proximité avec Apollinaire, Ghérasim Luca, Robert Desnos sont à noter dans les quatre Mouvements de Black-Label. Voix solitaire, laminée par l’exil et les souvenirs d’enfance, voix qui clame aussi la déception dans la rencontre de l’Autre. Les rencontres amoureuses y donnent lieu à une alternance entre « moods » d’exaltation et de dépression.

Divers genres résonnent en effet dans ce recueil peu étudié donc certains passages figuraient dans son propre Anthologie, Latitudes, de 1947.

Que ce soit son récit de voyage atypique (Retour de Guyane » ), ses poèmes antérieurs (« Pigments », « Graffiti ») et postérieurs (« Névralgies » sortira dix ans après), ses écrits journalistiques et sa collecte de contes créoles (« Veillées noires »), Damas se montre un métis culturel dans sa mélopée aux accents suaves du son et de blues. Avec la danse afro-cubaine et les rythmes de l’Atlantique noir, ce poète rebelle dont on qualifia l’art poétique de « simple » et « peu sophistiquée », est injustement négligé et méconnu aux Antilles et sous d’autres latitudes. A l’heure où Christiane Taubira scande devant l’Assemblée l’oublié, il convient de relire le précurseur qui traversa toutes les Lignes (ethniques, sociales, linguistiques, nationales, genrées).

Kathleen Gyssels est professeur de littératures de la diaspora noire et juive à l’Université d’Anvers. En tant que comparatiste elle a publié sur les Schwarz-Bart, Condé, Glissant et de nombreux autres auteurs originaires de la Caraïbe et des Etats-Unis (Toni Morrison, James Baldwin, Derek Walcott, Caryl Phillips). Elle vient de publier Marrane et marronne : la coécriture réversible d’André et de Simone Schwarz-Bart (Leyde : Brill, 2014). Une seconde monographie sur Damas doit paraître chez Brill, en 2017, sous le titre : ‘A ti pas’ selon l’antillectuel L.G Damas.

Couve Black Label defKathleen Gyssels, Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas, Caen, Passage(s), 2016, collection « Essais ».

ISBN : 979-10-94898-01-7

308 p., 20 €