Yambo Ouologuem. Les mille et une bibles du sexe

Chez Vents d’ailleurs : « Les mille et une bibles du sexe » de Yambo Ouologuem. Préface de Jean-Pierre Orban et Sami Tchak.

Mille-et-une_600px_6209575ed2475aa3f42e7603891c47efLe livre : un « grand aristocrate parisien » apporte un jour à Yambo Ouologuem, qui se présente dans l’«Avertissement» comme un éditeur du Seuil, un manuscrit de 2400 pages d’allure pornographique : 300 couples du monde des affaires, du spectacle et de professions libérales y racontent leurs ébats érotiques sous forme de « confessions-poker ». Chaque   «parieur » choisit l’aventure la plus frappante qu’il a vécue, ainsi que la manière de la raconter : en la jouant, déguisé ou non, ou en la revivant. Le conteur qui gagne choisit un partenaire. S’il perd, il devient esclave.

Faisant mine de n’être que le rewriter du manuscrit original, Yambo Ouologuem en retouche le texte, complète, affine, dit-­il. Et ajoute aux « étonnantes confessions » les « arrière-mondes dont elles étaient lourdes ». Cela donne un texte audacieux, parfois halluciné, Les Mille et une Bibles du sexe, qui raconte, sans fard, une comédie érotique mais aussi sociale. Un portrait sans complaisance d’une société à la recherche de son seul plaisir. Une époque révolue des années insouciantes autour de 1968 ? Pas sûr. On voit les personnages de cette société revivre sans cesse…

Le contexte :  Peut-­on accepter qu’un écrivain africain écrive et publie un ouvrage érotique dans la plus pure tradition européenne, un récit où n’apparaît quasi aucun Africain, où le décor est presque exclusivement français et dont le style n’a rien d’exotique ?
 C’est cette question qui est posée à travers la réédition d’un ouvrage passé complètement inaperçu au moment de sa sortie en 1969.

Deuxième question : peut-­on accepter aujourd’hui, en nos temps redevenus puritains, la publication, non pas à l’attention d’initiés ou d’amateurs réguliers, d’un ouvrage érotique audacieux? Et scandale des scandales, l’accepte-­t-­on de quelqu’un venu d’ailleurs, qu’on a «accueilli» sur le territoire français et qui écrit ce texte de l’intérieur même de la France? À destination de la France ?

En 1968, Yambo Ouologuem, né au Soudan français (actuel Mali), publie, à 28 ans à peine, son premier roman, Le Devoir de violence, aux Éditions du Seuil à Paris. Le roman remporte d’emblée le prix Renaudot. Et est le premier roman d’un Africain à l’obtenir. L’ouvrage deviendra un classique de la littérature africaine. Yambo Ouologuem ne publiera plus au Seuil. Ses relations avec la maison dirigée par Paul Flamand se détérioreront, notamment, à la suite d’accusations de plagiat vis­ à­ vis du roman Le Dernier des Justes d’André Schwarz­Bart (Le Seuil, 1959) qui, pourtant, ne reproche rien à Ouologuem. Celui-­ci est aussi poursuivi par Graham Greene pour des « emprunts » à son roman It’s a Battlefield (C’est un champ de bataille, Laffont, 1953). En réalité, on peut affirmer qu’il ne s’agit pas de plagiats, mais d’appropriation ouverte des codes d’écriture euro- péenne, et pas seulement chez Schwarz­Bart ou Greene, mais dans toute la littérature occidentale et moyen-­orientale : Yambo Ouologuem est un styliste qui a pour ambition d’être un écrivain au même rang qu’un Maupassant ou qu’un Rimbaud, mais on le lui refuse en lui demandant d’africaniser son récit. Or le rêve de Ouologuem est d’intégrer le cœur même de la littérature européenne, d’être considéré comme un écrivain français.

Les Mille et une Bibles du sexe, publié sous un pseudonyme – Utto Rudolf – en 1969 aux Éditions du Dauphin, s’inscrit dans cette volonté d’écrire un texte dans un genre typiquement européen : la littérature érotique avec tous les codes du genre. Et Yambo Ouologuem y parvient de façon étonnante dans un texte qui prend valeur de document. Le scénario, la construction, le style rivalisent avec les meilleurs textes érotiques européens. On peut d’ailleurs voir dans l’utilisation d’un pseudonyme non pas une manière de cacher l’identité de l’auteur, mais bien de jouer, là aussi, avec un masque, celui d’un aristocrate «français» au patronyme allemand. On ne se trouve pas face à un cas de figure comme Histoire d’Ô, dont l’auteur réel a caché son identité, mais dans un scénario à la Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick où les personnages participent, masqués, à des soirées où tout le plaisir est dans l’ambiguïté et le frôlement des identités.

Du reste, l’auteur réel, ici, assume dans un avertissement la paternité, sinon du matériau de base, au moins de la réécriture complète du soi­ disant manuscrit original d’un imagi­naire Utto Rudolf. Or, tout est question ici d’écriture. Ce qui distingue Les Mille et une Bibles du sexe d’un ouvrage pornographique ou même érotique plat, c’est l’écriture tour à tour classique, surréaliste, voire mystique. En ce sens, ce texte rejoint, aux côtés de Pierre Louÿs, Apollinaire ou Robbe­ Grillet, les classiques de la littérature érotique dont le maître français reconnu est le marquis de Sade : pour ce dernier, arrêté et emprisonné pour ses audaces, l’ambition n’était pas de choquer, mais de pousser les mots et ce qu’ils révèlent – et réveillent – chez nous au plus loin. De pousser non pas au péché ou à la faute, mais au dépassement – à la transgression – des frontières qui nous enferment et nous enserrent.

« Dépasser les frontières » : c’est le sens profond de Les Mille et une Bibles du sexe. Refuser d’être enfermé dans une identité africaine, dans une couleur de peau. Aller sur les territoires de l’autre (européen et occidental, en l’occurrence), affirmer haut et fort, avec la provocation ultime de l’érotisme (dans ce qu’il a parfois de plus dérangeant, y compris des scènes à la limite de l’intolérable), que l’on peut être français même si on est malien. Yambo Ouologuem a payé au prix fort (l’anathème et l’auto­exclusion) cette audace. Il faut, près de cinquante ans plus tard, rendre justice à un texte, Les Mille et une bibles du sexe, qu’aucun autre écrivain africain francophone n’a eu à ce jour la témérité même d’imiter. Remettre en plein jour une œuvre venue trop tôt.

(source: http://www.ventsdailleurs.fr/index.php/catalogue/item/les-mille-et-une-bibles-du-sexe)

 

 

 


Vous aimerez aussi...