Présences africaines dans les fonds de l’IMEC

Il est loin le temps où Blaise Cendrars lançait son Anthologie nègre (1921), où André Breton parrainait Aimé Césaire (1947) et où Jean-Paul Sartre parlait d’un « Orphée noir » (1948). La littérature africaine n’a plus besoin d’être parrainée. Elle a eu ses éditions militantes et ses textes censurés, ses recueils publiés en France et ses éditeurs africains. Les manuels de géographie disent que l’Afrique est bordée par la mer Méditerranée, l’océan atlantique et l’océan indien. C’est indiquer la diversité des possibles et la possibilité des surprises.

À l’occasion du 19e Printemps des poètes, dont le thème est « Afrique(s) », nous avons sélectionné, parmi les fonds de l’IMEC, des documents originaux, des textes rares ou inédits auxquels nous donnons ou redonnons la lumière du jour. Les revues n’en sont pas absentes : Abdellatif Laâbi par exemple a dirigé Souffles et An Fass. Tous ont un lien, direct ou indirect, avec l’Afrique et les Caraïbes. La poésie n’a pas besoin de qualificatif continental, national ou local. L’essentiel est qu’elle soit, en elle-même, la poésie, et d’autant mieux qualifiée qu’elle est sans qualificatifs.

Bernard Baillaud / Service éducatif

 

Liste des archives « africaines » conservées à l’IMEC : Jean Amrouche, Taos Amrouche, Amadou Hampâté Bâ, Tahar Ben Jelloun, Léopold Sedar Senghor (fonds Gérard Bosio), Andrée Chedid,Frantz Fanon, Aimé Césaire (fonds Max-Pol Fouchet et Jacqueline Leiner), Kateb Yacine, Ahmadou Kourouma, Sotigui Kouyaté (fondsAcadémie Expérimentale des Théâtres), Abdellatif Laâbi, Paul Niger, Jean Paulhan (Madagascar),Présence africaine, Édouard Glissant (fondsMaurice Roche), Éditions du Seuil.


Vous aimerez aussi...