Williams Sassine sur RFI

Par Olivier RogezDiffusion : dimanche 19 février 2017

Elisabeth Degon: «Williams Sassine n'avait pas peur de dire les choses, de provoquer»
Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen, 
une biographie d’Elisabeth Degon, parue aux Editions Karthala. DR

Alors que l’Unesco célèbre cette année le livre en Guinée à travers l’opération « Conakry, Capitale mondiale du livre », nous vous proposons ce matin de découvrir ou redécouvrir l’auteur guinéen Williams Sassine, décédé il y a 20 ans, quasiment jour pour jour puisque c’était le 9 février 1997. Auteur de 9 romans – parmi lesquels Le Zéhéros n’est pas n’importe qui ou Le Jeune homme de sable –, Sassine est reconnu à l’étranger mais assez peu diffusé dans son pays. L’écrivain est davantage célèbre pour les chroniques politiques qu’il a tenues pendant plusieurs années dans le périodique satirique Le Lynx, à Conakry. La Française Elisabeth Degon consacre une biographie à Williams Sassine, parue en janvier chez Karthala, intituléeWilliams Sassine avec en sous-titre : Itinéraires d’un indigné guinéen. Olivier Rogez l’a rencontrée.

 « Il [Williams Sassine] a apporté beaucoup de fraîcheur, beaucoup de nouveautés, beaucoup de liberté. Mais il disait qu’il écrivait en vain, parce qu’il n’était pas lu. C’est un mythe, Williams Sassine en Guinée. Parce qu’en fait, tout le monde le connaît et personne ne le connaît.[…] Sassine était courageux. Il n’avait pas peur de parler, de dire les choses, de provoquer. Et c’est ce qui lui a créé aussi beaucoup d’inimitiés. »

Double intervention autour de l’écrivain guinéen Williams Sassine

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe « manuscrit francophone » (ITEM-CNRS) aura lieu :

vendredi 3 février de 14h30 à 16h30, 

Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur 

45, rue d’Ulm, 75005 PARIS 

Nous avons invité Florence Paravy et Elisabeth Degon à nous présenter une double intervention autour de l’écrivain guinéen Williams Sassine (1944-1997)

Florence Paravy :

A travers un parcours chronologique de la carrière littéraire de Williams Sassine seront abordées d’une part certaines interrogations sur la genèse de ses oeuvres, d’autre part quelques réflexions sur la fictionnalisation romanesque du vécu et/ou de l’Histoire.

Elisabeth Degon :

Après la publication de la biographie Williams Sassine, itinéraires d’un Indigné guinéen, je propose un retour sur les méandres de la recherche documentaire, les lieux et personnes ressources, les témoins de son parcours de vie, les dépositaires de sédiments quasi enfouis. La mise à jour de tous ces fragments s’est organisée dans un assemblage sans fantaisie, qui pourrait être enrichi à la lumière d’autres témoignages et points de vue, de nouvelles sources documentaires comme ses archives familiales encore à découvrir et la publication d’un recueil des « Chroniques Assassines » parues de 1992 à 1997 dans l’hebdomadaire Le Lynx à Conakry.

***

Florence Paravy est Maître de conférences à l’Université de Paris Nanterre et spécialiste de littératures d’Afrique francophone. Elle a notamment organisé, en mai 2014, un colloque intitulé « Williams Sassine n’est pas n’importe qui ».

Elisabeth Degon est Conservateur de bibliothèque honoraire, en poste quelques années en Guinée-Conakry. Auteur d’une biographie de Williams Sassine parue chez Karthala en 2016.

 

Cette séance est ouverte à tous.

Séjour à la fondation des Treilles, groupe Dib

Objectifs du séjour : finaliser une méthode, un protocole de travail (pour l’édition en ligne et pour l’édition papier) et un calendrier à soumettre à toute l’équipe.

Participants : Habib Tengour (coordinateur scientifique du projet Dib), Claire Riffard, Karolina Resztak, Hervé Sanson, Sabeha Benmansour (coordinatrice de l’équipe de Tlemcen), Isabelle Mette, Isabelle le Masne de Chermont (directrice du département des Manuscrits de la BnF).

Coordinateurs groupe Dib, les Treilles
Coordinateurs groupe Dib, les Treilles

Premiers résultats :

Définition des deux projets éditoriaux : l’édition papier et l’édition numérique sont pensées comme complémentaires.

– L’édition papier, dont le premier volume sortira en 2020, sera destinée à proposer à un lectorat aussi large que possible une édition critique à orientation génétique de toutes les œuvres de Dib, en s’appuyant sur les manuscrits pour renouveler l’approche de cet auteur ;

– L’édition numérique, en cours de réalisation depuis le printemps 2016, s’adressera aux chercheurs en génétique des textes plus spécifiquement ; elle rendra compte de manière exhaustive, à travers des parcours génétiques, de la genèse des œuvres de l’écrivain.

Mise en œuvre :

– L’édition papier sera assurée par CNRS éditions, dans la collection « Planète libre » qui a déjà édité des éditions critiques à orientation génétique des œuvres de Senghor (2007), Rabearivelo (2010-2012), Césaire (2013), Memmi (2015) et Sony Lab. Tansi (2015). Il pourrait être intéressant de proposer une co-édition à l’ENAG (éditeur national algérien) et aux éditions de la BnF.

– L’édition en ligne se fera sur la plateforme d’édition génétique de l’ITEM, e-Man.

Le sommaire auquel nous avons abouti s’appuie sur un principe de classement des textes par chronologie génétique ; il implique un abandon de la hiérarchisation par genre, par œuvre et par ordre chronologique de publication. Le classement retenu repose sur la reconstitution de nœuds génétiques à l’intérieur desquels plusieurs textes sont entrés en relation. Le rapprochement des avants-textes a permis cette reconstitution, qui reste à confirmer en revenant sur les manuscrits. C’est ce nouvel ordonnancement des œuvres de Dib, associé aux récits de genèse proposés pour chaque ensemble d’œuvres et aux notes de bas de page à orientation génétique, qui caractérisera notre édition.

Du silence des manuscrits aux mouvances du livre, Daniel Maximin à l’ITEM, 18 mars 2016

DMaximin-flyer

Introduction à sa conférence par Daniel Maximin. Où il est question notamment du rapport de Césaire à ses manuscrits…

Daniel Maximin raconte un pan de la genèse de L’Isolé soleil, en dialogue avec l’œuvre d’Hélène Cixous.

Autour de La Danse du Roi

Autour de La Danse du Roi : sur un fragment du tapuscrit initial Arfia/Babanag : « C’est comme ça qu’ils m’ont jetée en prison ! »

Hervé SANSON (RWTH – Aachen)

La 1ère chemise, de couleur beige, contenue dans la boîte 3 du fonds Mohammed Dib renferme 7 fragments d’un état préparatoire (« premier noyau narratif ») du futur texte La Danse du roi, alors intitulé La Danse cruciale du roi, mais aussi du nom de deux des personnages, Arfia et Wassem. Le mot « cruciale » sera donc retiré, peut-être car Dib souhaitait effacer ce qui relevait d’un jugement de valeur, ou bien que le terme même, issu selon l’étymologie du substantif « croix », puisse amener la lecture dans une direction biaisée.

Ces sept fragments comportent 130 folios en totalité : le deuxième fragment composé de dix-sept folios retiendra aujourd’hui notre attention. Ce fragment est tapé sur le verso d’un autre tapuscrit de pièce de théâtre que Dib projetait mais qu’il n’a jamais mené à terme ; il mettait en scène les personnages Dora et Rassek, que le lecteur retrouve dans Comme un bruit d’abeilles en 2001, transposés dans le cadre d’une nouvelle, « Le Sourire de l’icône ». Le deuxième fragment abordé aujourd’hui a pour motif l’échange entre Arfia et Babanag, alors que la première profère des propos tenus pour subversifs en direction de la foule qui l’entoure. Ce fragment s’achève par ces mots d’Arfia à l’adresse de Rodwan, le destinataire de son récit : « C’est comme ça qu’ils m’ont jetée en prison ! »

Les nombreux repentirs présents sur le tapuscrit montrent ceci : que Dib a d’abord conçu la vivacité de la dénonciation, déployé l’ampleur de la parole sur la page, et pensé son œuvre selon le genre théâtral. Dans un deuxième temps, il a corrigé certaines formulations, accentuant leur aspect percutant, et rédigeant des indications de régie concernant l’atmosphère, la gestuelle, la posture des personnages. Les chapitres proprement narratifs n’interviendront que plus tard dans la genèse de l’œuvre.

I Une séquence de l’ambiguïté de genre

Le portrait du personnage d’Arfia se voit précisé dans cette séquence. La première fois qu’Arfia apparaît dans le récit, elle est vue par le regard de Rodwan, et sa description transite donc par un regard masculin, mais non le regard masculin lambda : elle est caractérisée comme une « drôle de femme » (16) par Rodwan, mais celui-ci ressent pour elle un « étonnement admiratif » doublé d’une « sensation libératrice » (id.) Il faut dire que Rodwan est également un laissé pour compte de la Révolution, un marginal dans son propre pays, « pas un gars dans notre genre », avertit Babanag (153). Arfia cumule, dans la description qu’en donne Rodwan, traits masculins et traits féminins, oscillant d’un genre à l’autre, sans se fixer résolument dans l’un ou l’autre.

La dimension maternelle, déjà suggérée en amont dans le roman, est dans ce chapitre confirmée. Babanag utilise le terme « orphelin » pour se qualifier, dans le cas où Arfia viendrait à être arrêtée par les autorités car troublant l’ordre public. Dans sa tirade finale, Babanag accentue ce rapprochement :

  • T’es une plus grande saleté que moi… t’es ma mère ! Pars pas ! Je te suivrai ! Je te suivrai partout ! (p. 182)

Mais cette dimension maternelle est évidemment complexifiée par le fait que Arfia suscite également un désir trouble à ses hommes : elle introduit du trouble dans le genre, pour reprendre la formule d’une célèbre philosophe, à l’heure où l’Algérie révolutionnaire renie les mutations sociales survenues durant sa guerre de libération. Arfia apparaît donc déclassée/marginale, à plus d’un titre : combattante d’une guerre qu’elle estime non aboutie, et que tout le monde tâche de muséifier, afin de mieux l’oublier ; et bousculant les normes de genre, qu’elle investit tour à tour, sans jamais se fixer sur l’un ou l’autre rôle.

D’emblée, elle est celle qui a investi l’espace public, et qui s’y tient, à l’heure où les femmes sont renvoyées à l’espace domestique une fois l’indépendance obtenue ; elle est celle qui conserve envers et contre tout son droit à la parole, ce droit que la lutte pendant la guerre d’indépendance lui a conféré. Celle enfin qui donne son corps – quand elle le souhaite, et non contre son gré. D’emblée Arfia le clame à l’adresse de tous : « Personne n’a jamais réussi à me fermer la bouche quand j’ai eu envie de parler. » (171)

Le personnage masculin, Babanag, difforme sur le plan physique (nabot, il porte une bosse), apparaît diminué ; n’ayant pas une haute estime de lui-même, il se compare à « de la crotte » (174), une « merde de chien » (175), un « chien galeux » (180) ; il est comparé par Arfia à une « taupe qui glousse » (172), un « cafard » (179), un « paquet de linge sale » (178), une « charogne » (181), toutes qualifications extrêmement dévalorisantes. Quant au peuple, il apparaît manipulable, apathique ; comparé par Arfia à une « bête d’abattoir », une « bête de somme » (173), il s’agit, selon cette dernière, de le « réveiller » (174). Arfia apparaît donc posséder une stature morale dont les autres sont loin de s’approcher. Elle apparaît dotée de ces qualités viriles dont Babanag semble dépourvu ; lui semble impuissant, tour à tour ravalé au rang d’animal, d’enfant (« orphelin », « chialer », « glousser », « lamenter », « baver », « pousser des plaintes »), ou de corps en décomposition (« charogne »). Arfia pour sa part est qualifiée de « maligne » (171), se mêle « de ce qui ne [la] regarde pas » (171), celle qui parle quand elle le veut et qui la « boucle » quand elle en a envie (177), celle qui sacrifie tout à la vérité (176), valeur suprême selon elle.

La dimension maternelle avait déjà été pointée dans le texte, à travers le discours même d’Arfia à l’adresse de Rodwan : « Leur propre mère ! C’est ce que nous ne cessons jamais d’être ! » (99-100) Mais cette dimension maternelle ne se départit pas d’élans de désir de la part des hommes ; le motif de l’inceste court en sous-main et fait écho à la terrible affaire d’inceste familial dit à mi-voix dans les chapitres strictement narratifs. Ce n’est plus la maman ou la putain : c’est tour à tour la maman et la putain, voire maman et putain confondues. Babanag dit au terme de leur échange à Arfia : « T’es la plus grande traînée que j’ai jamais vue ! » puis aussitôt après : « T’es ma mère ! Ma vilaine mère qui me dis des paroles méchantes ! » (181) Dès lors, l’expression utilisée à plusieurs reprises par Arfia, « mes hommes », est à double entente. La dimension maternelle apparaît associée à la pourvoyance de nourriture : elle est celle qui nourrit, qui procure le pain, et qui à ce titre, est un corps apte à être dévoré, à s’offrir en partage. D’où la menace réitérée de Babanag : « Si la faim me tourmente trop, toi, je n’hésiterai pas à te manger. » (178) Et il serine : « Je te mangerai ! Je te mangerai vivante ! » (id.) Ce qu’il met d’ailleurs à exécution : il agrippe alors Arfia et la mord à la hanche. Le fait que Arfia le repousse et ne se laisse pas dévorer entraîne la réaction suivante de Babanag : « me bats pas, marâtre ! »             (180) Dès lors, le pas est vite franchi à l’égard de celle qui déroge à l’ordre établi, qui ne souscrit pas à ce besoin de protection que demandent les hommes aux femmes. Le terme employé par Babanag est sans équivoque : « Criminelle, tu feras un orphelin de plus ! » (177)

Le thème de la mauvaise mère et de la bâtardise est alors rejoué par Dib, motif traversant l’ensemble de l’œuvre ; l’on se souvient de l’excipit de La Grande Maison : alors qu’Aïna tend une miche de pain à Omar, revenu d’une énième escapade, sa mère le traite de « bâtard », et l’on ne peut déterminer le ton avec lequel cette injure est proférée, mais elle dissimule mal une bouffée subite de tendresse. Dans l’Algérie post-révolutionnaire, toute femme sortant de son rôle traditionnel de mère et d’épouse, et qui entend occuper sa place dans l’espace public – masculin – ne peut qu’être une « marâtre ».

II Des corrections manuscrites signifiantes

Le premier état du texte atteste donc que Mohammed Dib avait d’abord en tête une pièce de théâtre, d’où ce second titre possible : « Arfia et Wassem ». Une pièce sera d’ailleurs tirée des séquences proprement dialoguées du roman, intitulée Mille hourras pour une gueuse, et publiée en 1980.

Les corrections manuscrites portées par Dib sur le tapuscrit de ce « premier état préparatoire » attestent de façon globale – et non sur le seul deuxième fragment – que l’écrivain ne touche pas à la trame de son récit, ne perturbe pas la structure de base de son texte, mais qu’il apporte de nombreux corrections touchant à la posture, la gestuelle, les émotions et intonations des personnages. Indications de régie en somme. Indications qui campent, alimentent l’atmosphère du récit dibien. Par exemple, pour le fragment qui nous intéresse, sur le folio 4 : « Un souffle lui reste dans la gorge ». Ou bien sur le folio 9 : « D’un coup, il se met en colère : ». Le premier est un simple ajout ; le second est substitué à : « Et voilà qu’il se met en rogne : » ; l’on constate qu’à plusieurs reprises, Dib tempère le registre gouailleur, argotique qu’il a choisi pour faire parler ses personnages, souhaitant vraisemblablement éviter la surcharge. C’est le cas de la toute première biffure : faire boucler laisse place à « fermer la bouche ». Le registre argotique, censé transmettre le vécu des personnages, et fonder la vraisemblance de la narration, doit ainsi être calibré, mesuré. De même, dans un souci d’économie, et dans la perspective globale du chapitre, Dib supprime certains termes qui peuvent apparaître redondants : ainsi, sur le 2e folio, « Tu ne vas pas encore pleurnicher ? je dis. » devient « Tu vas changer de chanson refrain sinon, ma parole, je ferai un malheur ! » Il s’agit en fait de doser le texte afin d’assurer sa vraisemblance, sa crédibilité.

Un autre aspect important de ces corrections manuscrites réside dans l’ajout de métaphores, d’images parlantes, significatives. Ainsi, lorsqu’Arfia revient après la guerre du djebel dans son village déserté, deux images fortes sont formulées après coup par l’écrivain, sur le huitième folio : tout d’abord, elle se qualifie de « ressuscitée » puis le terme est barré et remplacé par : « âme remontée de la maison profonde ». Retour dostoïevskien et de ses Souvenirs de la maison des morts ? L’on connaît l’admiration de Dib pour la littérature russe. La seconde image inscrite après coup concerne également un substitut qui confère au récit une portée plus ample, de plus grande intensité. Y avait même plus de village. ,raconte Arfia : en lieu et place de cette phrase barrée, Dib écrit : « Même les chiens qui m’aboyaient après ne s’approchaient pas de moi. » Le sentiment d’exil intérieur, de non reconnaissance absolue de la revenante Arfia s’en trouve ainsi renforcé. Puisque même les chiens, animaux domestiques, meilleurs compagnons de l ‘homme, ne la reconnaissent pas.

D’autres ajouts manuscrits – parfois minimaux – revêtent néanmoins une valeur symbolique capitale ; ainsi de la substitution de l’automne au printemps. « C’est le printemps, l’automne, Babanag. » (folio 11) Au vu de la situation post-indépendance de l’Algérie, marquée par une léthargie du peuple et l’usurpation des fruits de la Révolution par une caste au pouvoir, l’automne, saison de transition entre l’été torride, de feu, et l’hiver mortifère, crépusculaire qui s’annonce, semble effectivement plus pertinent. Sur le folio 13, le fantasme de dévoration de la mère exprimé par Babanag se voit accentué par Dib, du fait de la répétition décidée à la relecture du tapuscrit : « – Je te mangerai ! Je lte ferai mangerai ! », conférant une portée accrue aux propos du personnage. Enfin, la dernière phrase du chapitre est un ajout manuscrit : « C’est comme ça qu’ils m’ont jetée en prison. » Cette dernière phrase, résultat d’une ellipse temporelle, à la manière du « Il voyagea. » de L’Éducation sentimentale, éclaire a posteriori l’ensemble de la séquence, faisant comprendre au lecteur que Babanag a finalement trahi Arfia en la dénonçant à la police. Cette ultime phrase fonctionne aussi comme « chute » de la séquence, et augmente in fine la tension dramatique qui s’y joue en constituant le point d’acmé du chapitre.

III Réécrire en faveur d’energeia : un fragment emblématique

Un passage de cette séquence, et donc de ce deuxième fragment, a été particulièrement travaillé par Dib. Il s’agit du discours hautement subversif adressé par Arfia à la foule qui l’entoure, et notamment la deuxième partie de ce discours. Le tapuscrit, folio 3, comporte l’état suivant, lequel a été ensuite entièrement barré par l’écrivain :

  • Le peuple, il serait tout juste capable de mourir dans les montagnes, de se serrer la ceinture, et ne serait pas assez bon pour profiter de la vie ? N’acceptez plus de souffrir ! Ayez une bonne vie, soyez heureux avant qu’on vous en fasse perdre le goût ! A ce moment-là, ce sera trop tard !

Dib a, lors de la relecture du tapuscrit, réécrit ce passage et collé sur le tapuscrit une languette de papier tiré d’un cahier d’écolier sur lequel l’on peut lire :

  • Le peuple ! je dis, et je me marre un grand coup. Ah, le peuple ! Il est tout juste bon pour mourir dans les montages et se serrer la ceinture ! Mais pour profiter de la vie, il n’est jamais assez bon ! Voilà leur vraie pensée. Mais la vérité vraie, c’est qu’il faut qu’on soit heureux pour pouvoir vivre ! Vous comprenez ? C’est simple : le bonheur. Et il ne faut pas qu’on vous trompe sur la marchandise : ça n’existe que là où un humain est un humain ! Et pas une bête de somme ! Et pas une bête d’abattoir ! Ça ne peut jamais se trouver là-dedans.

Par amplification de la tirade initiale tout autant que compression, obtenue par la brièveté de certains segments (« bon » remplaçant « capable »), par l’usage des répétitions (« peuple », « bon », vraie », « humain »,), et notamment celle de la métaphore bête pour qualifier le peuple, s’harmonisant ainsi avec le reste de la séquence, Dib accentue le caractère tragique et solennel du discours d’Arfia. L’alternance de phrases affirmatives, exclamatives, et interrogatives (une question rhétorique) imprime une énergie rythmique au passage ; l’agencement phonique au cœur de l’extrait, participant au vecteur d’énergie traversant le texte, résulte de la présence d’occlusives et de fricatives (« Mais la vérité vraie, c’est qu’il faut qu’on soit heureux pour vivre ! Vous comprenez ? ») qui, ainsi articulées, mettent en relief la force rhétorique de persuasion du discours d’Arfia. Un seul terme relève du registre argotique : « marre » qui, placé en tête, entre les deux usages du mot « peuple » proféré dans le cadre d’une exclamation, imprègne le discours d’Arfia d’ironie et, partant, d’une force particulièrement corrosive. Ce qui est en jeu ici se nommerait signifiance, pour reprendre le concept d’Henri Meschonnic, c’est-à-dire sortie du signe proprement dit qui fait du rythme, c’est-à-dire aussi de la forme du texte, le vecteur du sens. Le sens se produit au moment de son énonciation même, il est processus : et il est donc lié à la structuration du texte. La réécriture de ce passage témoigne du travail d’orfèvrerie de la langue auquel s’adonne Dib, et de cet accent mis sur l’énergie que doit transporter un texte, de cette implication du corps dans la production textuelle.

Ce n’est donc pas un hasard si ce travail mettant à l’honneur energeia s’exerce de manière appuyée sur cet extrait, puisque le discours d’Arfia constitue le « clou » de la séquence et atteste de l’intégrité, la détermination et le jusqu’au-boutisme du personnage, de son inlassable énergie qui semble s’auto-régénérer continument. Arfia est une force qui va et qui meut le texte avec elle.

Conclusion

L’étude des avant-textes des œuvres dibiennes souligne à quel point le travail minutieux de l’écrivain informe une conception de la narration : ainsi que l’affirme la quatrième de couverture de Mille hourrahs pour une gueuse, il s’agit là « d’une tentative de théâtre différent par le fait que la parole y produit les personnages, les événements, qu’elle est le lieu de l’action et de l’Histoire, et non l’inverse comme cela se passe d’habitude. » En ce sens, la parole se doit d’être calibrée : et c’est à un calibrage très précis, prenant en compte le souffle, le corps, la voix de l’écriture, que Dib se consacre en ces pages tapuscrites corrigées.

 

 

Séminaire équipe “manuscrit francophone” 2014-2015

Le séminaire est ouvert à tous, un vendredi par mois de 14h à 16h30.

1ère partie 14 h – 15 h :     Actualités de la recherche

2ème partie 15h – 16h30 : Interventions dans le cadre de « L’écrivain et ses manuscrits » :

L’approche génétique d’un texte à partir de l’analyse de ses manuscrits conduit à faire avancer, à partir de données objectives, la réflexion sur la poétique d’un écrivain et la relation qu’il entretient avec ses textes – ce qui varie beaucoup selon les époques, les cultures et les individus –. C’est ce domaine génético-biographique que les interventions exploreront 

Coordination : Claire Riffard   (claire.riffard@item.cnrs.fr / 01 40 25 12 20) et Daniel Delas, ITEM.

Programme :

  • Le 10 octobre 2014 (14h à 16h30)                                                        Aurèle Crasson et Sahar Samir Youssef « Edmond Jabès »
    Lieu: ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales. Salle Hauÿ
  • Le 17 octobre 2014 (14h à 16h30)
    Guy Dugas (IRIEC, Montpellier) « Mohammed Dib »
    Lieu : séance délocalisée à l’IRIEC, Montpellier
  • Le 14 novembre 2014 (14h à 16h30)
    Nicolas Martin-Granel « Les écrivains congolais »
    Lieu : ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales, salle Hauÿ
  • Le 12 décembre 2014 (14h à 16h30)
    Claire Riffard et Hervé Sanson « Mouloud Feraoun »
    Lieu : ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales. Salle Hauÿ

Cette séance portera sur les manuscrits de Mouloud Feraoun, et fera intervenir les collègues de l’équipe de recherche partie en mission à Alger à plusieurs reprises au cours de l’année 2014 : Rym Khene, Jean-Sébastien Macke, Karolina Resztak, Claire Riffard et Hervé Sanson. Ce sera donc une séance résolument collégiale, qui présentera un premier inventaire du fonds Feraoun, la version expérimentale du site internet « Archives Feraoun », des témoignages audio et vidéo sur le rapport de Feraoun à ses archives faisant intervenir son fils Ali, et une première analyse du processus de création du roman Le Fils du pauvre.

  • Le 23 janvier 2015 (14h à 16h30)
    Serge Bourjea : « Un Arc-en-ciel pour l’occident chrétien, de René Depestre : l’avenir d’un spectre »
    Lieu: ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales. Salle Hauÿ

Qu’est-ce que l’archive d’un poème et comment la penser, au risque du positivisme ? Un Arc-en-ciel pour l’Occident chrétien(1967) offre un champ d’analyse d’autant plus fertile que – privée de support tangible, la plupart des traces effacées ou perdues – l’enquête se fie à la seule anamnèse auctoriale, cinquante ans après l’écriture du poème.  La démarche se proposera de recouper notamment la notion d’« an-archivisme », naguère proposée par Derrida, et de désarchiver (d’exhumer) deux de ses hypothèses : « l’archive travaille toujours à s’effacer » ; « l’archive produit autant qu’elle enregistre l’événement » (Mal d’archive, 1995).

Serge Bourjea est membre de l’ITEM (équipes Valéry ; Manuscrits francophones) et Professeur émérite de l’Université Paul-Valéry de Montpellier.

  • Le 13 février 2015 (14h à 16h30)                                                              Jean Khalfa : «Les écrits de Fanon sur les pathologies de la liberté»
    Lieu : ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales. Salle Hauÿ

L’oeuvre politique et historique de Frantz Fanon (1925-1961) est universellement connue. On sait moins qu’il est aussi l’auteur de pièces de théâtre (longtemps “perdues”), et d’une oeuvre psychiatrique d’avant-garde tant du point de vue théorique que clinique.  Ces textes seront publiés en 2015 à La Découverte (sous la direction de Jean Khalfa et Robert Young).  « Je présenterai ici les problèmes multiples que pose une telle édition – droits, complexités d’ordre historique ou politique, multiplicité des champs pour une oeuvre à la fois scientifique et littéraire, restauration des textes-,  ainsi que la signification d’un tel travail d’édition par rapport aux sédimentations d’interprétation accumulées très tôt sur cette oeuvre. » (Jean Khalfa, Trinity College, Université Cambridge)

Notes bibliographiques : http://www.mml.cam.ac.uk/jk118

Voir aussi : https://cambridge.academia.edu/JeanKhalfa et l’Institut du Tout Monde : http://www.tout-monde.com/fanon2016.html

  • Le 20 mars 2015 (14h à 16h30)
    Anne Begenat-Neuschäfer : «Henry Bauchau et Jean Amrouche: une amitié plus que littéraire »
    Lieu : ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales. Salle Hauÿ

Henry Bauchau et Jean Amrouche se sont connus à Paris dans le milieu éditorial à la fin des années 40. Malgré des tensions initiales, dues à des rivalités d’éditeur et de distributeur, une amitié s’est développée qui n’a pris fin qu’avec la mort de JeanAmrouche en 1962. Bauchau reconnaît sa dette envers l’intellectuel de la libération algérienne en 1973, quand il parle de la rédaction de son premier roman, La déchirure.

Anne BEGENAT-NEUSCHÄFER est Professeur des Universités et directrice de l’Institut de Philologie Romane de Aachen.

  • Le 24 avril 2015 (14h à 16h00)
    Sarah Burnautzki « Sur les traces de Yambo Ouologuem ou le seuil de tolérance des éditions du Seuil »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Salle de réunion, premier étage, Pavillon Pasteur.

Cette communication sera consacrée aux stratégies de contrôle en vigueur dans l’espace littéraire français. Je m’interrogerai quant à la manière dont ces stratégies ont sécurisé des rapports de domination racialisés, augmentant le bénéfice symbolique et matériel d’une littérature ‘française’ imaginée comme ‘blanche’ par opposition à son altérité francophone exotique. Considérant les dynamiques de pouvoir littéraire comme étant instables, je retracerai les conflits d’intérêts et de signification qui ont pu se produire au niveau éditorial, en l’occurrence aux éditions du Seuil. D’un texte à l’autre, ces « lignes de faille » y ont opposé, ou bien aligné les stratégies d’auteur à celles de la politique éditoriale du Seuil.

En partant du défi de classification littéraire qu’ont pu représenter les textes de Yambo Ouologuem pour l’équipe éditoriale du Seuil dans les années 1960, je déconstruirai dans mon analyse la violence symbolique qui réside dans les stratégies discursives de contrôle du texte et de sa signification. Il s’agira alors de souligner le rôle d’objectivation, de classification, voire de réification « à tout prix » des textes et de leurs auteurs. J’analyserai enfin des fiches de lecture et des lettres de refus qui ont été conservées dans les archives du Seuil ; ce qui me permettra de mettre en lumière une histoire conflictuelle jusque-là peu étudiée.

Sarah Burnautzki est docteure en anthropologie sociale et en littérature française. Assistante d’enseignement et de recherche à l’université de Mannheim (Allemagne), elle enseigne la littérature française, francophone et hispanophone. Sa thèse Les frontières racialisées de la littérature française. Contrôle au faciès et stratégies de passage paraîtra chez Honoré Champion.

  • Le 15 mai 2015 (14h à 16h30)
    Lydia Afui « L’émergence des auteurs africains dans les revues »
    Lieu: ENS, 29 rue d’Ulm, Bibliothèque des sciences expérimentales. Salle Hauÿ

« Autour de la notion d’œuvres complètes », conférence du Pr Daniel Delas

Séance du séminaire « Manuscrit francophone », avril 2012.

Pr Daniel Delas (professeur émérite de l’Université de Cergy-Pontoise) présente une approche historique de la notion d’œuvres complètes depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, en l’abordant dans la perspective de la critique génétique.

Montage vidéo de la séance (20mn 21 sec) à consulter ici.

« Kourouma et le théâtre – autour du Diseur de vérité », conférence de la Pr Anne Begenat-Neuschäfer et d’Hervé Sanson

Cette séance du séminaire « Manuscrit francophone », mai 2013 fait suite de celle de l’année précédente.

Une conférence à deux voix (Pr Anne Begenat-Neuschäfer et Hervé Sanson, tous les deux de l’Université d’Aachen) présentent le parcours d’Ahmadou Kourouma, désireux de publier sa pièce de théâtre (censurée à Abidjan au début des années 1970) dans une maison d’édition française. Un parcours difficile, qui amène cet illustre écrivain à se tourner définitivement vers l’écriture romanesque.

Montage vidéo de la séance à consulter ici (28mn 19sec).

« L’indicible et l’incontournable dans le Diseur de vérité », conférence de la Pr Anne Begenat-Neuschäfer

Séance de séminaire « Manuscrit francophone », mai 2012.

Au cours de cette conférence introductive à l’écriture dramatique d’Ahmadou Kourouma, Pr Anne Begenat-Neuschäfer (l’Université d’Aachen) fait une présentation de l’unique pièce de l’écrivain ivoirien. Son intervention est suivie par une discussion autour des deux interventions de la séance du 5 mai 2012 (voir la note précédente).

Montage vidéo de la séance (20mn 59sec) à visualiser ici.

 

« Birahima n’est pas obligé – analyse des gloses dans Allah n’est pas obligé », conférence du Pr Patrick Corcoran

Séance du séminaire « Manuscrit francophone », mai 2012.

Le groupe de travail Kourouma vient de naître. Cette séance est l’une des premières qui réunissent les chercheurs souhaitant se pencher sur les manuscrits du grand écrivain ivoirien. Prenant le texte édité comme le point de départ pour ses réflexions, Pr Patrick Corcoran (Université de Roehampton) nous invite à explorer l’univers du dictionnaire et la problématique de la langue qui ont joué un rôle déterminant dans toute l’œuvre d’Ahmadou Kourouma.

Montage vidéo de la séance (29mn 23sec) à visualiser ici.