Dépouillement et inventaire du fonds d’archives Ahmadou Kourouma

Dépouillement et inventaire du fonds d’archives Ahmadou Kourouma

(Compte-rendu de la mission effectuée par Jean-Francis Ekoungoun, du 7 février au 2 mars 2012, Imec, Abbaye d’Ardenne, Caen)

Dans le cadre des activités de recherches du groupe de travail « Kourouma » (ITEM/CNRS), j’ai effectué une mission de recherches en France, du 4 février au 13 mars 2012. Cette mission a été co-financée par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine (IMEC) et par l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM). L’AUF a pris en charge mon billet d’avion et le billet de train (SNCF), l’hébergement, la restauration et l’accompagnement logistique sur le site à l’Abbaye d’Ardenne à Caen ont été assurés par l’IMEC. L’ITEM s’est occupé de la coordination de la mission à travers l’équipe « manuscrits francophones du Sud ». Adama Coulibaly, Maître de conférences à l’Université de Cocody a rejoint la mission à partir du 29 février 2012. Perpétue Dah, assistante à l’Université de Bouaké, a également pris part à cette mission.

Inventaire du fonds d’archives « kourouma » (1927-2003), du 7 février au 2 mars, abbaye d’ardenne (IMEC), Caen

La première partie de ma mission s’est effectuée à Caen sur le site même de l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (IMEC). J’ai eu la responsabilité du dépouillement de la cinquantaine de boîtes d’archives d’Ahmadou Kourouma déposées par la famille de l’écrivain. Ce travail été encadré par Alain Derval et Pascale Butel, respectivement directeur des Collections et archiviste à l’IMEC. C’est sous la direction conjointe de ces deux spécialiste français de l’archivistique que j’ai classé le fonds d’archives « Kourouma » selon l’instrument de travail subséquent :

1. Dossier biographique

2. Œuvre (Romans, Théâtre, Essais, Articles et autres textes de l’auteur,

Hommages ou témoignages, Colloques et conférences)

3. Dossiers de travail ou documentation

4 Correspondances

5 Ouvrages et documents de tiers conservés par Ahmadou Kourouma

6 Réception générale de l’œuvre

7 Bibliothèque (21 cartons) + 66 disquettes / CD-RW

Ce pré-inventaire s’appuie sur le protocole archivistique Norme ISAD. Le contenu du fonds reste confidentiel sauf pour les membres du collectif « Kourouma », et ne peut donc être divulgué. Le classement global des documents dans le fonds et la création d’un inventaire assez détaillé que j’ai réalisé ont permis au groupe « Kourouma » de réfléchir sur la suite du projet et les pistes scientifiques à suivre dans le cadre d’un atelier de travail.

Atelier de travail collectif, du 5 au 8 mars, ITEM, rue Pouchet, Paris

Coordination : Claire Riffard, co-responsable de l’équipe « ManuscritS Francophones du Sud ».

Participants : Patrick Corcoran, Adama Coulibaly, Daniel Delas, Xavier Garnier, Liliane Kesteloot, Perpétue Dah, Florence Davaille, Jean-Francis Ekoungoun, Anne Neuschaefer, Suzanne Nzouzi, Jean–Pierre Orban, Florence Paravy, Hervé Sanson.

Le travail de pré-inventaire que j’ai préalablement réalisé à l’Abbaye d’Ardenne et la journée-bilan des membres du groupe « Kourouma » qui s’est tenue à l’IMEC, le 2 mars 2012, ont nourri  toutes les discussions qui ont suivi entre le 5 et le 8 mars à l’ITEM sur la préparation du projet ANR, tout d’abord, mais aussi sur l’élaboration du projet d’édition Planète Libre.

Lundi 5 mars :

8h-12. Participation à un colloque sur les TEI (EHESS)

14h30 – 18h30 :

Bilan de la mission de recherche de Jean–Francis Ekoungoun à l’IMEC :

–        Quelle sauvegarde des originaux ?

–        Choix de classement des documents

–        Panorama des dossiers génétiques reconstitués : quel intérêt scientifique ?

Première discussion sur la stratégie scientifique à adopter (resp. : Patrick Corcoran)

–        Quelle édition papier ?

–        Quel sommaire ?

–        Quels prolongements en terme d’édition numérique ?

Mardi 6 mars :

9h–17h : Atelier de génétique (resp. : Claire Riffard).

–        Présentation des principes généraux de l’approche génétique

–        Démonstration à partir d’un exemple tiré de l’œuvre de Rabearivelo

–        Application à un extrait des Soleils des Indépendances (choisi par JFE)

Mercredi 7 mars :

9h–17h : Atelier d’édition (resp. : Patrick Corcoran).

– Présentation de la logique des autres volumes de la collection « Planète libre », des choix méthodologiques et des difficultés rencontrées (Claire Riffard)

–        Constitution du groupe de travail : (4 équipes. )

–        Etablissement du calendrier

–        Communication à destination de l’IMEC, des directeurs de la collection, des ayant droits.

Jeudi 8 mars :

Deux ateliers en simultané

9h–12h : Atelier de cartographie / fonds manuscrits en péril en Afrique (resp. : Claire R).

–        Quelle méthodologie adopter ?

–        Quelle visibilité donner à ce travail (au travers de la revue de l’équipe, par exemple) ?

–        Quels appuis, quels réseaux solliciter ?

–        Quel projet proposer aux universités ivoiriennes ? 

–        Dans quels délais ?

–        Avec quels moyens ?

15h–17h : Rencontre  à l’AUF (Marc Cheymol et PM de Biasi, Prof. P.M De Biasi, directeurs de la collection « Planète libre ».)

–        Remerciements

–        Evocation de la problématique de la formation au Sud

–        Les possibilités de soutien de l’AUF (la demande doit venir du sud)

Participation des responsables du Projet Congo : Prof. Nicolas Martin-Granel, Prof. Daniel Delas (autour des manuscrits de Sony Labou Tansi)

Au cours de ces journées de travail à l’ITEM un certain nombre de décisions ont été prises :

a)      la rédaction d’un projet ANR va se poursuivre dans les semaines qui viennent ; soumission du document à l’Agence Nationale de la recherche (France), le 9 avril au plus tard.

b)      Conditions et contraintes du travail scientifique :

Etant donné que le fonds contient des inédits et des manuscrits/tapuscrits non publiés à ce jour, l’accord des ayants droit est indispensable. Patrick Corcoran, coordinateur du projet Kourouma est missionné par l’équipe pour prendre contact avec Sophie Kourouma, lui expliquer la nature du projet envisagé et savoir dans quelle mesure les désirs du groupe sont acceptables pour les ayants droit.

Je n’ai pas eu assez de temps pour dépouiller la bibliothèque personnelle d’Ahmadou Kourouma qui a été déposée à l’IMEC au même moment que ses archives. Donc des questions persistent toujours sur le contenu du fonds d’archives. Patrick Corcoran, le coordinateur du projet Kourouma prendra contact avec André Derval pour essayer d’organiser une ou deux missions au printemps et pour lui communiquer les priorités identifiées par le groupe (dresser une liste des ouvrages contenus dans la bibliothèque personnelle de Kourouma déposée à l’IMEC, ouvrir les disquettes déposées en même temps que les archives papier et contenant des états des derniers romans, etc. ).

Plusieurs facteurs se combinent pour rendre nécessaire la numérisation des manuscrits (la dispersion du groupe et le fait que les archives n’ont pas encore été traitées, ce qui rend leur accès difficile). Le coût de la numérisation étant très élevé, le groupe est conscient des contraintes financières qu’il doit résoudre.

Perspectives de la mission

Pour l’instant tous les membres de l’équipe vont donner la priorité à contribuer à un travail sur la biographie de Kourouma. Anne Neuschaefer s’est chargée de fournir une première version que le groupe complétera au fur et à mesure de l’avancement de nos travaux. L’établissement d’une bibliographie critique est une deuxième tâche commune identifiée par les participants.

Projet de formation en génétique des textes dans les Universités de Cocody et d’Abidjan

L’objectif de cette formation est d’organiser un échange entre l’ITEM et les universités partenaires de Bouaké et Cocody, de façon à diffuser la pratique de la critique génétique en Côte d’Ivoire, de l’adapter aux corpus locaux et de développer la constitution et le rayonnement de fonds d’archives littéraires en Côte d’Ivoire. Il pourra s’agir également de marquer symboliquement la réouverture du campus de Bouaké par la présence de l’équipe « Manuscrit Francophone » aux côtés des collègues ivoiriens, et de réfléchir à une insertion de l’approche génétique dans la maquette du futur LMD à Cocody et Bouaké.

Les modalités, à préciser, seraient d’envoyer dès septembre 2012 deux intervenants de l’ITEM dans les universités de Bouaké et Cocody (un généticien et un spécialiste du corpus étudié), pour une formation à destination d’un public choisi d’étudiants envisageant de s’engager dans une thèse de doctorat en critique génétique, puis d’accueillir deux de ces étudiants, selon le principe d’une mission « aller » et d’une mission » retour ».

Le contenu de la formation sera donc organisé autour d’ateliers de critique génétique, à partir d’un fonds local. Ces ateliers pourront s’inscrire dans diverses dynamiques, selon les demandes ; le fonds d’archives pourra être à constituer. Le programme de formation supposera alors une dimension pratique de classement et d’organisation du fonds nouvellement à disposition, et une dimension d’analyse génétique de ce fonds.

L’Agence Universitaire de la Francophonie étant partenaire du programme « Manuscrit Francophone » a donné son accord de principe pour accompagner cette formation en Côte d’Ivoire. Nous avons échangé avec Marc Cheymol du bureau central de l’AUF, Paris, Place de la Sorbonne. Il nous recommandé d’élaborer le projet de formation et de le déposer à l’agence régionale de l’AUF, en l’occurrence DAKAR via le campus numérique francophone d’Abidjan. La rédaction de ce projet de formation est en voie d’achèvement.

 

 

 

 

 

FONDS MARECHERA

Présentation biographique de l’auteur

Né en Rhodésie dans le township de Rusape, à une centaine de km de Salisbury (aujourd’hui Harare), Dambudzo Marechera (1952-1987) grandit dans un milieu social violent qu’il décrira dans ses premiers textes. La déclaration unilatérale d’indépendance d’Ian Smith en 1965 accentue les tensions entre les communautés noires et blanches. C’est dans ce contexte que Marechera, présenté comme meneur d’une manifestation étudiante, se fait exclure de l’université de Rhodésie en 1973. Grâce à l’intervention de ses professeurs, il obtient une bourse pour étudier à New College (Oxford). Il est de nouveau exclu, mais cette fois à cause de son comportement et de son penchant pour la boisson.

Il publie en 1978 chez Heinemann un recueil de nouvelles, The House of Hunger, qui obtient le Guardian Prize en 1979. Résidant dans un squat londonien à Tolmer’s square et toujours à court d’argent, il rédige plusieurs versions très différentes de ce qui deviendra Black Sunlight en 1980. C’est pour tourner un documentaire qui lui est consacré (et dont la production est vite interrompue) que Dambudzo Marechera retourne dans son pays natal, devenu entre temps Zimbabwe. Il ne parvient dans les années qui suivent à publier qu’un seul livre, Mindblast en 1984. Souvent décrit comme l’enfant terrible de la littérature zimbabwéenne, en marge des institutions culturelles, il critique dans ses textes la belle unanimité autour du réalisme socialiste et la censure qui n’a pas cessé avec l’arrivée au pouvoir de Mugabe. Son influence se fait sentir aujourd’hui encore sur la jeune génération qui se reconnaît dans sa posture de rebelle romantique et de poète maudit.

Il meurt probablement du SIDA en 1987. Accusé de modernisme et déterminé à exercer son métier d’écrivain sans contrainte, il laisse derrière lui une grande quantité de documents inédits.

Bibliographie selective (primaire et secondaire)

NB : L’ouvrage Dambudzo Marechera, a Source Book on his Life and Work, cité plus bas propose une bibliographie plus étendue, tant au niveau des sources primaires que secondaires.

Œuvres de Dambudzo Marechera

The House of Hunger, London, Heinemann, 1978 ; New York, Pantheon Books, 1979 ; Harare, Zimbabwe Publishing House, 1982.

La Maison de la faim, traduit de l’anglais (Zimbabwe) par Jean-Baptiste Evette et Xavier Garnier, Paris, Dapper, 1999.

Black Sunlight, London, Heinemann, 1980.

Mindblast or the Definitive Buddy, Harare, The College press, 1984.

The Black Insider, éd. et avec introduction de Flora Veit-Wild, Harare, Baobab Books, 1990 ; London, Lawrence and Wishart, 1992 ; Trenton,  Africa World Press, 1999.

Cemetery of Mind, éd. et avec introduction de Flora Veit-Wild, Harare, Baobab Books, 1992 ; Trenton, Africa World Press, 1999.

Scrapiron Blues, éd. et avec introduction de Flora Veit-Wild, Harare, Baobab Books, 1994 ; Trenton,  Africa World Press, 1999.

Œuvres critiques

Veit-Wild, Flora, Dambuzo Marechera, a Source Book on his Life and Work, Londres, H. Zell, 1992.

Veit-Wild, Flora, et Chennells, Anthony (éd.), Emerging Perspectives On Dambuzo Marechera, Trenton, Africa World Press, 1999.

Cairnie, Julie, et Pucherova, Dobrota, Moving Spirit, The Legacy of Dambudzo Marechera in the 21st Century, Zürich, Lit Verlag, 2012.

Histoire du fonds. Antécédents.

Dans sa biographie de Marechera, Flora Veit-Wild rend compte des origines du Trust et de son fonctionnement :

In 1988, the Dambudzo Marechera Trust was founded. It was set up in order to preserve and promote Marechera’s work, collect and publish unpublished writings and honour his memory by encouraging young writers. The heir of the literary estate, Michael Marechera, donated the copyright of all his brother’s work to the Trust. All royalties from works published prior to the writer’s death are disbursed to his family as well as 50 per cent from the posthumous publications; the other 50 per cent stays in the Trust.[1]

Entre 1990 et 1994, trois volumes ont été publiés, d’abord par Baobab Books à Harare, puis par Lawrence and Wishart pour The Black Insider (1992) et enfin par Africa World Press pour les trois en 1999[2]. Ces publications, réalisées avec l’aides financière du gouvernement fédéral allemand, suivent une logique bien précise.

The Black Insider comprend un long récit suivi de trois nouvelles et de deux poèmes. Le manuscrit original correspond à l’une des versions primitives de Black Sunlight. Après la publication de La Maison de la faim, James Currey avait en effet encouragé Marechera à écrire un roman qui puisse s’insérer plus facilement dans la collection « Africa Writers Series ». Deux autres versions ont été refusées par Heinemann – A Bowl of Shadows et The Black Heretic – mais ces dernières n’ont pu être retrouvées[3]. L’édition du Black Insider présente un texte qui n’a pas grand chose à voir avec Black Sunlight et les éléments qui se retrouvaient d’un manuscrit à l’autre ont été supprimés pour alléger la lecture.

Le cas de Cemetery of Mind, deux ans plus tard, est différent. Il s’agit alors de faire connaître la poésie de Marechera. Aucun recueil n’ayant été publié du vivant de l’auteur, des textes parus en revues côtoient des feuillets épars et des manuscrits refusés. Notons que la section « Buddy’s selected poems » reprend, à quelques écarts près, une des parties de Mindblast, dernier ouvrage publié du vivant de Marechera (The College press).

Ensemble constitué de nouvelles (ou novellas pour les plus longues), de courtes pièces de théâtre et de récits destinés aux enfants, Scrapiron Blues clôt la trilogie en donnant un aperçu des talents variés de Marechera. Ecrits pour la plupart entre 1982 et 1986, ces textes témoignent du chemin parcouru par l’auteur depuis La Maison de la faim et Black Sunlight. Pour composer ce volume, Flora Veit-Wild a dû choisir et réarranger différents textes. Par exemple, la section « Tony Fights Tonight – Pub Stories », la pièce « Killwatch » l’histoire pour enfants « Tony and the Rasta » faisaient partie, à l’origine, d’un même projet – « Killwatch or Tony Fights Tonight » – refusé par Longman en 1983[4]. Le travail de compilation vise ici l’efficacité plutôt que l’exhaustivité et l’approche génétique du texte est cantonnée à l’introduction.

Dans la dernière édition de House of Hunger (Heinemann, 2009) trois courts essais sur Harare, dont l’un daté du 23 avril 1985, ont été ajoutés au recueil de nouvelles.

Notions, préinventaire ou inventaire du contenu

Les différents dossiers sont classés en fonction de leur nature (poésie, entretiens, documents administratifs) et de leur contenu (manuscrit de Killwatch, poésie de Black Sunlight). Plusieurs textes sont à ce jour encore totalement inédits, nous ne nous attarderons ici que sur les trois plus significatifs.

The Depth of Diamonds (67 pages dactylographiées dont certaines sont peu lisibles) a été rejeté par College Press à Harare et Heinemann à Londres en 1985. Ce récit déroutant qui passe sans transition d’un personnage à l’autre met en scène les manipulations et l’ascension sociale d’un psychiatre, le Dr Lengeme, qui souhaite devenir maire. Un éditeur forcé de faire des concessions au régime, une actrice, un auteur alcoolique ou encore une troupe de motards, évoluent dans cette ville sur fond d’émeutes.

Prince Street (42 pages) aurait été écrit en 1986. Selon Mike Murray, un ami de Marechera, ce dernier aurait laissé le manuscrit inachevé[5]. La fin semble effectivement un peu brutale mais on pourrait aussi supposer qu’il s’agit d’une ouverture volontaire du récit. Ce petit roman qui comprend sept chapitres prend comme point de départ le couple incestueux formé par Iris et Moses. Ils sont frère et soeur, elle est peintre, lui est écrivain. Ils évoluent parmi d’autres personnages hauts en couleur dans le quartier bohème de Prince Street. Entre leur petit appartement et le bar BLITZ se dessinent les contours d’une communauté à la marge qui trouve dans l’alcool et la création artistique une source de cohésion. L’image de la rue qui, par ses méandres, trace le profil d’un fœtus, semble bien convenir à ce récit étrange et décousu qui cherche dans le dessin de la ville un espace rassurant qui serait le contraire de la maison de la faim.

Confessions of a Rusty Dread (Hamered yet again into a nail) (45 pages) sous-titré « a novel by Dambudzo Marechera » explore, toujours dans un cadre urbain, les relations entre un auteur noir désargenté et ses maîtresses, blanches et aisées. Le narrateur à la première personne, appelé « Zoo » ou plus loin « Dambudzo » est un alter ego assez évident de l’auteur. Sexe, alcool et considérations artistiques s’entremêlent au cours des cinq chapitres. Les deux points qui terminent le manuscrit suggèrent qu’il s’agit d’un texte inachevé.

Importance matérielle du fonds (en quantité)

Huit cartons et deux dossiers contenant les documents originaux sont conservés aux Archives Nationales du Zimbabwe. Un fonds constitué de photocopies est lui disponible à la Humboldt Universität à Berlin. L’organisation est un peu différente, on y trouve vingt dossiers dont certains sont reliés, ainsi qu’un microfilm et un disque dur contenant une copie numérique du microfilm et divers documents audio et vidéo.

Lisibilité des documents. Etat matériel

Les documents photocopiés (Berlin) sont lisibles sauf exception (encre très pâlie). Dans les cas des pages numérisées à partir du microfilm, certains endroits sont illisibles car trop clairs ou masqués par un trait noir. La qualité des documents conservés à Harare est globalement bien meilleure même si quelques ensembles comme le tapuscrit du Black Insider n’existent que sous forme de photocopies.

Accessibilité

L’accès aux originaux confiés aux Archives Nationales du Zimbabwe entre 1989 et 1994 est limité pour les chercheurs non-zimbabwéens. Un visa de recherche est demandé pour pouvoir consulter le fonds. Cependant, Flora Veit-Wild conserve à la Humboldt Universität (Berlin), plusieurs paquets de photocopies classés par genres et reliés pour certains. Au moins deux de ces volumes sont eux aussi manquants mais le microfilm mentionné plus haut regroupe la plupart des textes inédits. Le fonds est accessible sur demande auprès de Flora Veit-Wild.

 

Fiche renseignée par Pierre Leroux

 


[1]     Veit-Wild, Flora, Dambudzo Marechera, a Sourcebook on his Life and Work, Africa World Press, 2004, p. 382-3.

[2]     Ibid, p. xvii.

[3]     Marechera, Dambudzo, The Black Insider, Africa World Press, 1999, p. 11.

[4]     Marechera, Dambudzo, Scrapiron Blues, Africa World Press, 1999, p. xi.

[5]     Source Book, p. 325.

FONDS RABEARIVELO

  1. Présentation biographique de l’auteur

L’Histoire s’est montrée abrupte avec le poète. Né dans la période la plus âpre du colonialisme français sur la Grande Île, J.-J. Rabearivelo (1903-1937) en vécut les traumatismes, et au premier chef la déchéance de sa famille maternelle, qui appartenait à la grande noblesse merina. On se rappelle quelle fut à Madagascar la brutalité de la politique coloniale française, et avec quel mépris elle considérait la formation intellectuelle de ses « sujets ». Envoyé à l’école coloniale, le jeune Rabearivelo dut apprendre la langue française et passer sous silence la richesse de sa propre culture malgache. Il subit l’humiliation de sa situation de colonisé et la médiocrité de la sous-culture coloniale aimablement dispensée aux indigènes. Plus tard, il acceptera de mettre son talent au service de l’administration coloniale, de collaborer à des revues, de devenir un personnage public du milieu cultivé d’Antananarivo. Son désir d’intégrer le milieu colonial et d’y être reconnu est évident, mais se solda par un échec. Dans ses dernières années, accablé par les difficultés financières et les refus de l’administration, il ne pouvait se retenir d’une rancune acerbe contre le pays qui lui avait fait miroiter tant de promesses sans les tenir. Adoptant la posture de l’artiste maudit par révérence envers son maître Baudelaire et dans une tentative désespérée pour transcender sa souffrance, Rabearivelo se prit à son propre piège et finit par mettre fin à ses jours au mois de juin 1937. Il avait trente-quatre ans.

Bibliographie selective (primaire et secondaire)

Poésie

 

  • La Coupe de cendres, Tananarive : G. Pitot de la Beaujardière, 1924.
  • Sylves, Tananarive : Imprimerie de l’Imerina, 1927.
  • Volumes, Tananarive : Imprimerie de l’Imerina, 1928.
  • Presque-songes, Tananarive : Imprimerie de l’Imerina, 1934.
  • Traduit de la nuit, Tunis : éditions de Mirages, 1935.
  • Chants pour Abéone, Tananarive : Henri Vidalie, 1936.
  • Vieilles chansons des pays d’Imerina, Antananarive : Madprint, 1974.
  • Presque-songes, Saint-Maur-des-Fossés : Sépia, 2006.
  • Traduit de la nuit, Saint-Maur-des-Fossés et Antananarive : Sépia – Tsipika, 2007.

Théâtre

  • Imaitsoanala, fille d’oiseau, Tananarive : Imprimerie officielle, 1935.
  • Aux portes de la ville, Tananarive : Imprimerie officielle, 1936.

Romans

  • L’Interférence, suivi de Un conte de la nuit, Paris : Hatier, 1988.
  • L’Aube rouge dans Océan Indien (Serge Meitinger et J.-C. Carpanin Marimoutou (éd.), Paris : Omnibus, 1998.

Essais critiques

  • Quelques poètes, enfants d’Orphée, île Maurice : The General Printing, 1931.

Bibliographie secondaire :

  • Meitinger S.(dir.), Ramarosoa L.(dir.), Riffard C.(dir.), Œuvres complètes. Tome 1. Jean-Joseph Rabearivelo par lui-même : Le diariste (Les Calepins bleus) – L’épistolier – Le moraliste / édition critique coordonnée par Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, Paris, CNRS Éditions ; Présence Africaine Éditions, « Planète libre, 2 », 2010, 1273 p.
  •  Ink L. (dir.), Meitinger S.(dir.), Ramarosoa L.(dir.), Riffard C.(dir.), Œuvres complètes. Tome 2. Le poète – Le narrateur – Le dramaturge – Le critique – Le passeur de langues – L’historien / édition critique coordonnée par Laurence Ink, Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, Paris, CNRS Éditions, « Planète libre, 3 », 2012, 1800 p.

 Histoire du fonds. Antécédents

C’est Robert Boudry, ami de Rabearivelo et désigné par lui comme son exécuteur testamentaire, qui conserva à sa mort les quatre volumes de carnets des Calepins Bleus. En 1967, il les transmit au fils aîné de Rabearivelo, Solofo, alors fonctionnaire au Bureau International du Travail à Genève. Ces documents rejoignirent à cette époque l’ensemble des archives de Rabearivelo entreposées dans deux cantines de métal bleu au domicile de Solofo et de Noro Rakotomanga-Rabearivelo, sa soeur. La famille, très consciente de l’état de dégradation des documents, souhaitait une solution de conservation et de consultation perenne. Le Centre Culturel Français d’Antananarivo accepta une proposition de dépôt en 2008. Une subvention de l’Ambassade de France et du CNRS permit l’achat d’une armoire forte ainsi que d’un ensemble de conditionnements chimiquement neutres, dans lesquels les manuscrits furent – une fois identifiés, inventoriés et numérisés –, rangés à l’abri des risques.

Notions, pré-inventaire ou inventaire du contenu

Voir la base de données Rabearivelo (BDR) en format excel (accessible sur demande à Claire Riffard, claireriffard@yahoo.fr).

 Importance matérielle du fonds 

2 cantines de métal (avant classement) ; 40 boîtes (après classement)

Lisibilité des documents. Etat matériel

Documents lisibles sauf exception (encre très pâlie). Etat matériel : bon dans l’ensemble, certaines pliures sont fragiles. Toutes les agrafes ont été enlevées.

Accessibilité

Le fonds a été déposé en août 2008 par la famille de l’écrivain à la médiathèque du Centre Cultirel Français d’Antananarivo (actuellement Institut Français). Les originaux ne sont pas accessibles à la recherche actuellement ; le fonds numérisé est accessible sur demande écrite et motivée à l’équipe de recherche en charge du traitement du fonds. Contact : claireriffard@yahoo.fr

 

Fiche renseignée par Claire Riffard

 

FONDS KOUROUMA

Présentation biographique de l’auteur

Ahmadou Kourouma est né en 1927 à Boundiali (Côte d’Ivoire). Après l’obtention du Certificat d’études primaires, il accède à l’Ecole primaire supérieure de Bingerville (EPS), en 1943, ensuite à l’Ecole technique supérieure de Bamako en 1947. A la même période, le Rassemblement Démocratique Africain (RDA) lève une violente croisade contre la Colonisation. L’Ecole coloniale n’échappe pas ces soubresauts révolutionnaires. Pour avoir mené ses camarades écoliers à la révolte, il est arrêté puis renvoyé en Côte d’Ivoire où il est mobilisé d’office dans le corps des tirailleurs. Le régiment du caporal Kourouma est chargé de réprimer les premières révoltes contre la colonisation en Côte d’Ivoire. Il refuse de participer à cette expédition punitive contre ses compatriotes. Il est arrêté, dégradé, emprisonné avant d’être affecté au corps expéditionnaire français sur les théâtres d’opération d’Extrême Orient (Indochine). Le sergent Kourouma se retrouve dans un régiment radio de l’infanterie coloniale à Saïgon (1951-1954) où il voit : « comment des colonisés peuvent se libérer, les armes à la main ». Le temps de conscription accompli (de 1950 à 1955), le sous-officier de l’armée coloniale reprend ses études en France : il entre à l’Institut des actuaires de Lyon, où il obtient son diplôme en juin 1959 et un Certificat d’administration des entreprises délivré par l’Université de Lyon. En juillet 1961, le jeune diplômé malinké retourne dans son pays. Nommé sous-directeur de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de la Côte d’ivoire, Ahmadou Kourouma constate rapidement que la réalité de l’indépendance est loin des espoirs qui ont forgé son idéal d’étudiant anticolonialiste. Pour se débarrasser, en effet, des opposants à sa politique de collaboration avec la France, Félix Houphouët-Boigny, le président de l’Etat et du parti unique, invente un faux complot. Ahmadou Kourouma et plusieurs de ses camarades sont menacés de mort. Il est libéré mais perd emploi et privilèges. Le gouvernement ivoirien interdit formellement de l’embaucher. Dès lors, il décide à 36 ans d’écrire pour témoigner contre l’oppression, l’emprisonnement et les tortures dont ses camarades sont victimes de la part des sicaires du pouvoir. Contraint à l’exil en France et en Algérie, Kourouma continue la rédaction du manuscrit des Soleils des Indépendances. La publication de ce roman lui est d’abord refusée en France avant d’être acceptée au Canada, en 1968.  En 1970 Houphouët-Boigny fait amende honorable en déclarant publiquement que les complots des années « 60 » n’étaient que des machinations policières. Les détenus politiques sont libérés, les bannis peuvent rentrer. Kourouma saisit l’opportunité de cette réconciliation nationale dite « Journées du Dialogue » pour rentrer dans son pays en 1971. Cependant Houphouët-Boigny continue de régner en maître absolu en pratiquant une dictature « exquise ». Ahmadou Kourouma écrit une pièce de théâtre (Tougnatigui ou le Possesseur de vérité) qui va encore le conduire à l’exil. Il est d’abord affecté au Cameroun à l’Institut international des Assurances (1974-1984) ensuite au Togo comme directeur général d’une compagnie commune de réassurances des Etats membres de la zone franc (1984-1993). Il rédige son deuxième roman (Monnè, outrages et défis) pendant cette période. En 1993, Kourouma prend sa retraite en Côte d’Ivoire en écrivant En attendant le vote des bêtes sauvages et Allah n’est pas obligé. Sa production littéraire a été couronnée de prestigieuses distinctions dont le prix Renaudot et le prix Goncourt des Lycées. Ahmadou Kourouma est titulaire d’une dizaine de décorations étrangères dont la légion d’honneur et la Grande croix de la décoration nationale ivoirienne. La disparition tragique de cet écrivain francophone, le 11 décembre 2003, laisse une œuvre courte mais d’une amplitude historique considérable.

Bibliographie sélective

  • Les soleils des Indépendances, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1968, 170 pages.
  • The Suns of Independence, Holmes and Meier Publishers, 1997, 136 pages. Version anglaise.
  • I soli delle indipendenze, Milano, Jaca Book, 1996, 220 pages. Version italienne.
  • Monnè, outrages et défis, Paris, Seuil, coll. « Points » n° P.556, 1990, 278 pages.
  • Monnew, Mercury House, 1993, 256 pages. Version anglaise.
  • Monnè, oltraggi e provocazioni, Epoche, 2005, 345 pages.
  •  En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, coll. « Points » n° P.762, 2000, 381 pages.
  • Waiting for the vote of the wild animals, édition Caraïbes et littératures africaine (Caraf), 2001, 277 pages. Version anglaise.
  • Aspettando il voto delle bestie selvagge, Rome, édition e/o, Rome, 2001, 312 pages. Version italienne.
  • Die Nächte des groBen Jägers, Wuppertal, 2000.
  •  Allah n’est pas obligé, Seuil, coll. « Points » n° P. 940, 2000, 222 pages.
  • Allah is not obliged, William Heinemann, 2006, 400 pages.
  • Allah muss nicht gerecht sein, Munich, Alerecht Knauss Verlag, 2002, 223 pages.
  • Allah non ē mica obligato, Rome, édition e/o, 2002.
  • Allàh není povinen, překlad, Petr Komers, vydala Mladà fronta, 2003. Traduction tchèque.
  • Quand on refuse on dit non, Paris, Seuil, 2004, 160 pages.
  • Quand on refuse on dit non, Paris, Seuil, coll. « Points » n° P.1377, 2004, 278 pages.
  •  Le diseur de vérité, Paris, Acoria Editions, 1998, 87 pages (réédition 2001).
  •  L’adieu au siècle. 21, Je témoigne pour l’Afrique, Grigny, Paroles d’Aube, 1998.
  •  Le Griot, homme de paroles, Orange Grandir, 1999 (documentaire jeunesse).
  • Yacouba, chasseur africain, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio junior »  917, 1998, 95 pages.
  • Yacouba, chasseur africain, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio junior » 1408, 1998, 109 pages.
  • Yacouba, Paris, Seuil Jeunesse, 1994
  • Le Chasseur, héros africain, Orange Grandir, 1999 (documentaire jeunesse)
  • Une journée avec Le Prince, homme de pouvoir, Paris, Editions Grandir, Orange, 2000, 45 pages
  • Prince, suzerain actif, Orange Grandir, 2000 (documentaire jeunesse)
  • Une journée avec Le Forgeron, homme de savoir, Paris, Editions Grandir, Orange, 2000, 45 pages.
  • Paroles de Griots, Édition Albin Michel, 2003.

Histoire du fonds. Antécédents

Le fonds Ahmadou Kourouma (1927-2003) regroupe l’ensemble de documents rassemblés par l’écrivain dans l’exercice de son métier. Les archives ont beaucoup bougé à cause de la mobilité de leur propriétaire, qui a connu l’exil et habité plusieurs résidences dans différents pays (Côte d’Ivoire, Algerie, Cameroun, Togo, France). Malgré toutes ses pérégrinations, Ahmadou Kourouma a fait l’effort de conserver l’essentiel de ses documents de travail et même sa bibliothèque qu’il a reconstituée à plusieurs reprises du fait de ses nombreux déménagements. A la mort de l’écrivain, ses ayants droit ont rapatrié, en France (Lyon), le fonds se trouvant en Côte d’Ivoire qui était doublement menacé de disparition. La résidence abidjanaise de Kourouma qui abritait ses archives a été rétrocédée à son bailleur (l’Etat ivoirien n’a pris aucune mesure régalienne pour assurer le paiement symbolique du loyer de l’illustre disparu), l’instabilité socio-politique que la Côte d’Ivoire traversait plaçait également le fonds dans une situation d’insécurité extrême (risque de vols, pillage). Dans le cadre de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM qui s’est réunie le 22 octobre 2010, le collectif « Kourouma » a été rassemblé afin d’œuvrer à la sauvegarde et à la valorisation des archives de l’écrivain. Invitée à participer à cette réunion, Christiane Kourouma a donné son accord de principe pour rendre accessibles les fonds qui ont effectivement fait l’objet d’un dépôt à l’IMEC, en janvier 2011. Ces documents ont été collectés au domicile lyonnais de Kourouma par les services compétents de l’IMEC.

Notions, pré-inventaire ou inventaire du contenu

Jean-Francis Ekoungoun a effectué le pré-inventaire et le pré-classement du fonds Kourouma, en février-mars  2012. Pascale Butel, archiviste à l’IMEC, assurera l’inventaire et le classement définitifs du contenu selon les normes archivistiques internationales en vigueur.

Importance matérielle du fonds 

Le pré-inventaire a permis de pré-classer le fonds Kourouma dans une vingtaine de boîtes. Ces archives comportent une masse considérable d’imprimés et de manuscrits ainsi que plusieurs autres boîtes contenant la bibliothèque personnelle d’Ahmadou Kourouma. A signaler également la présence de 68 disquettes à l’intérieur de ce fonds.

Lisibilité des documents. État matériel

Certaines pièces du fonds, notamment une partie de la correspondances produite ou reçue en mode fax, sont illisibles à cause de la disparition de l’encre. L’humidité a affecté une quantité négligeable de documents longtemps conservés dans des cartons ou dans ces malles inappropriés. Mais l’état matériel du fonds est globalement satisfaisant.

Accessibilité

Le fonds Kourouma n’ayant pas encore fait l’objet d’un traitement définitif, il reste non accessible au grand public sauf pour les chercheurs de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM.

 Fiche renseignée par Jean-Francis Ekoungoun

 

Cartographie des urgences

Nous nous attachons à renseigner progressivement une cartographie permettant de localiser les fonds d’archives en péril en Afrique et dans la Caraïbe, qui sont les deux régions francophones actuellement les plus vulnérables. La mise au point de cette cartographie passe nécessairement par l’activation d’un réseau de chercheurs dans les universités partenaires, au Sud et au Nord, et par des enquêtes de terrain auprès des institutions (instances universitaires, maisons d’édition, institutions littéraires diverses) et des familles dans les pays où des corpus en danger ont déjà été localisés.

Une fois identifiés, les corpus sélectionnés le sont en fonction de deux critères fondamentaux : leur importance en matière littéraire, et leur degré de vulnérabilité aux facteurs de dégradation potentiels (humains ou naturels).

Coordinateurs : Florence Davaille, Pierre Leroux, Jean-Francis Ekoungoun