FONDS RABEARIVELO

  1. Présentation biographique de l’auteur

L’Histoire s’est montrée abrupte avec le poète. Né dans la période la plus âpre du colonialisme français sur la Grande Île, J.-J. Rabearivelo (1903-1937) en vécut les traumatismes, et au premier chef la déchéance de sa famille maternelle, qui appartenait à la grande noblesse merina. On se rappelle quelle fut à Madagascar la brutalité de la politique coloniale française, et avec quel mépris elle considérait la formation intellectuelle de ses « sujets ». Envoyé à l’école coloniale, le jeune Rabearivelo dut apprendre la langue française et passer sous silence la richesse de sa propre culture malgache. Il subit l’humiliation de sa situation de colonisé et la médiocrité de la sous-culture coloniale aimablement dispensée aux indigènes. Plus tard, il acceptera de mettre son talent au service de l’administration coloniale, de collaborer à des revues, de devenir un personnage public du milieu cultivé d’Antananarivo. Son désir d’intégrer le milieu colonial et d’y être reconnu est évident, mais se solda par un échec. Dans ses dernières années, accablé par les difficultés financières et les refus de l’administration, il ne pouvait se retenir d’une rancune acerbe contre le pays qui lui avait fait miroiter tant de promesses sans les tenir. Adoptant la posture de l’artiste maudit par révérence envers son maître Baudelaire et dans une tentative désespérée pour transcender sa souffrance, Rabearivelo se prit à son propre piège et finit par mettre fin à ses jours au mois de juin 1937. Il avait trente-quatre ans.

Bibliographie selective (primaire et secondaire)

Poésie

 

  • La Coupe de cendres, Tananarive : G. Pitot de la Beaujardière, 1924.
  • Sylves, Tananarive : Imprimerie de l’Imerina, 1927.
  • Volumes, Tananarive : Imprimerie de l’Imerina, 1928.
  • Presque-songes, Tananarive : Imprimerie de l’Imerina, 1934.
  • Traduit de la nuit, Tunis : éditions de Mirages, 1935.
  • Chants pour Abéone, Tananarive : Henri Vidalie, 1936.
  • Vieilles chansons des pays d’Imerina, Antananarive : Madprint, 1974.
  • Presque-songes, Saint-Maur-des-Fossés : Sépia, 2006.
  • Traduit de la nuit, Saint-Maur-des-Fossés et Antananarive : Sépia – Tsipika, 2007.

Théâtre

  • Imaitsoanala, fille d’oiseau, Tananarive : Imprimerie officielle, 1935.
  • Aux portes de la ville, Tananarive : Imprimerie officielle, 1936.

Romans

  • L’Interférence, suivi de Un conte de la nuit, Paris : Hatier, 1988.
  • L’Aube rouge dans Océan Indien (Serge Meitinger et J.-C. Carpanin Marimoutou (éd.), Paris : Omnibus, 1998.

Essais critiques

  • Quelques poètes, enfants d’Orphée, île Maurice : The General Printing, 1931.

Bibliographie secondaire :

  • Meitinger S.(dir.), Ramarosoa L.(dir.), Riffard C.(dir.), Œuvres complètes. Tome 1. Jean-Joseph Rabearivelo par lui-même : Le diariste (Les Calepins bleus) – L’épistolier – Le moraliste / édition critique coordonnée par Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, Paris, CNRS Éditions ; Présence Africaine Éditions, « Planète libre, 2 », 2010, 1273 p.
  •  Ink L. (dir.), Meitinger S.(dir.), Ramarosoa L.(dir.), Riffard C.(dir.), Œuvres complètes. Tome 2. Le poète – Le narrateur – Le dramaturge – Le critique – Le passeur de langues – L’historien / édition critique coordonnée par Laurence Ink, Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, Paris, CNRS Éditions, « Planète libre, 3 », 2012, 1800 p.

 Histoire du fonds. Antécédents

C’est Robert Boudry, ami de Rabearivelo et désigné par lui comme son exécuteur testamentaire, qui conserva à sa mort les quatre volumes de carnets des Calepins Bleus. En 1967, il les transmit au fils aîné de Rabearivelo, Solofo, alors fonctionnaire au Bureau International du Travail à Genève. Ces documents rejoignirent à cette époque l’ensemble des archives de Rabearivelo entreposées dans deux cantines de métal bleu au domicile de Solofo et de Noro Rakotomanga-Rabearivelo, sa soeur. La famille, très consciente de l’état de dégradation des documents, souhaitait une solution de conservation et de consultation perenne. Le Centre Culturel Français d’Antananarivo accepta une proposition de dépôt en 2008. Une subvention de l’Ambassade de France et du CNRS permit l’achat d’une armoire forte ainsi que d’un ensemble de conditionnements chimiquement neutres, dans lesquels les manuscrits furent – une fois identifiés, inventoriés et numérisés –, rangés à l’abri des risques.

Notions, pré-inventaire ou inventaire du contenu

Voir la base de données Rabearivelo (BDR) en format excel (accessible sur demande à Claire Riffard, claireriffard@yahoo.fr).

 Importance matérielle du fonds 

2 cantines de métal (avant classement) ; 40 boîtes (après classement)

Lisibilité des documents. Etat matériel

Documents lisibles sauf exception (encre très pâlie). Etat matériel : bon dans l’ensemble, certaines pliures sont fragiles. Toutes les agrafes ont été enlevées.

Accessibilité

Le fonds a été déposé en août 2008 par la famille de l’écrivain à la médiathèque du Centre Cultirel Français d’Antananarivo (actuellement Institut Français). Les originaux ne sont pas accessibles à la recherche actuellement ; le fonds numérisé est accessible sur demande écrite et motivée à l’équipe de recherche en charge du traitement du fonds. Contact : claireriffard@yahoo.fr

 

Fiche renseignée par Claire Riffard

 

Séminaire équipe « manuscrit francophone » 2012-2013

Un principe : aborder la génétique des textes littéraires francophones en privilégiant une approche par problème, par question. Nous proposons donc pour l’année à venir une programmation centrée sur des interrogations méthodologiques et épistémologiques.

Le séminaire est ouvert à tous, les séances ont lieu en alternance à l’École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 PARIS, et à l’ITEM-CNRS, 61 Rue Pouchet, 75017 Paris et dans certains musées.

Coordination : Claire Riffard (06 18 38 14 98) et Daniel Delas, ITEM. http://www.item.ens.fr/

Programme :

Mali : l’Unesco appelle à agir pour sauver les manuscrits de Tombouctou

La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a appelé lundi à une action concertée des pays frontaliers du Mali pour empêcher le trafic de « trésors documentaires » de Tombouctou qui auraient été volés par les islamistes ayant pris le contrôle du nord du pays.
« Les informations selon lesquelles les rebelles auraient pris le contrôle de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba de Tombouctou ainsi que d’autres institutions culturelles sont très inquiétantes« , a déclaré Irina Bokova dans un communiqué.
« Ces centres abritent des documents anciens, écrits ou recopiés localement, acquis au Maghreb et en Afrique subsaharienne ou envoyés par des pèlerins des pays musulmans éloignés. Beaucoup datent de l’âge d’or de Tombouctou, entre le XIIe et le XVe siècle. Ils traitent de sujets variés allant de la théologie aux mathématiques, en passant par la médecine, l’astronomie, la musique« , ajoute-t-elle.
La directrice générale appelle les pays frontaliers à prendre des mesures pour empêcher le trafic de « ces trésors de l’humanité tout entière« , dont la perte serait « gravissime« .
Des documents inestimables
Fondé à Tombouctou en 1973, le Cedrab, dénommé ensuite Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abrite entre 60 et 100.000 manuscrits, selon le ministère malien de la Culture.
Selon des témoignages, des islamistes du mouvement armé Ansar Dine, appuyés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sont rentrés dans le centre de documentation jeudi et en sont ressortis avec des sachets de documents.
Tombouctou, grand centre intellectuel de l’islam et ancienne cité marchande prospère des caravanes, surnommée « la perle du désert« , est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.
 Tombouctou : capitale africaine de la culture islamique
Perdue au milieu des dunes, Tombouctou ne compte aujourd’hui qu’environ 30.000 habitants, mais était aux XVe et XVIe siècles une cité florissante, accueillant jusqu’à 25.000 étudiants dans 180 écoles coraniques. Elle a été classée « capitale africaine de la culture islamique » en 2005 par l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture.
En 1630, l’érudit Abderahman Saadi, auteur de « Tarikh es-Soudan » qui sert de référence pour l’histoire de l’Afrique occidentale, décrivait sa ville ainsi: « exquise, pure, délicieuse, illustre, cité bénie, plantureuse et animée. »
Parmi les monuments qui témoignent de cet âge d’or figurent trois grandes mosquées, restaurées par l’imam Al-Aquib au XVIe siècle mais aujourd’hui menacées par l’avancée des sables, selon l’Unesco.
La plus ancienne et la principale est celle de Djingareyber, construite en 1325 par l’empereur du Mali, Kankan Moussa, au retour d’un pèlerinage à La Mecque. Viennent ensuite celles de Sankoré, que fit bâtir une riche croyante durant la période mandingue, et de Sidi Yahia, édifiée vers 1400 par un marabout dans l’attente d’un saint homme apparu effectivement 40 ans plus tard en la personne de Cherif Sidi Yahia, choisi alors comme imam.
Un important centre d’échanges
Tombouctou était également un carrefour commercial important, un lieu d’échanges entre le désert, la savane et la forêt où se bousculaient banquiers et négociants. Les chargements de sel, d’épices, de soie ou de cuivre affluaient du Maghreb tandis que du sud arrivaient des pirogues de noix de cola, d’or, d’ivoire mais aussi d’esclaves.
La cité a été fondée entre le XIe et le XIIe siècle, selon les documents, par des tribus touareg.
Des portes richement ornées, des maisons aux frontons ouvragés et une architecture au style soudanais bien marqué témoignent encore de ce riche passé.
Tombouctou est également célèbre pour ses dizaines de milliers manuscrits, dont certains remontent au XIIe siècle et sont pour la plupart détenus comme des trésors par les grandes familles de la ville.
AFP

FONDS KOUROUMA

Présentation biographique de l’auteur

Ahmadou Kourouma est né en 1927 à Boundiali (Côte d’Ivoire). Après l’obtention du Certificat d’études primaires, il accède à l’Ecole primaire supérieure de Bingerville (EPS), en 1943, ensuite à l’Ecole technique supérieure de Bamako en 1947. A la même période, le Rassemblement Démocratique Africain (RDA) lève une violente croisade contre la Colonisation. L’Ecole coloniale n’échappe pas ces soubresauts révolutionnaires. Pour avoir mené ses camarades écoliers à la révolte, il est arrêté puis renvoyé en Côte d’Ivoire où il est mobilisé d’office dans le corps des tirailleurs. Le régiment du caporal Kourouma est chargé de réprimer les premières révoltes contre la colonisation en Côte d’Ivoire. Il refuse de participer à cette expédition punitive contre ses compatriotes. Il est arrêté, dégradé, emprisonné avant d’être affecté au corps expéditionnaire français sur les théâtres d’opération d’Extrême Orient (Indochine). Le sergent Kourouma se retrouve dans un régiment radio de l’infanterie coloniale à Saïgon (1951-1954) où il voit : « comment des colonisés peuvent se libérer, les armes à la main ». Le temps de conscription accompli (de 1950 à 1955), le sous-officier de l’armée coloniale reprend ses études en France : il entre à l’Institut des actuaires de Lyon, où il obtient son diplôme en juin 1959 et un Certificat d’administration des entreprises délivré par l’Université de Lyon. En juillet 1961, le jeune diplômé malinké retourne dans son pays. Nommé sous-directeur de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de la Côte d’ivoire, Ahmadou Kourouma constate rapidement que la réalité de l’indépendance est loin des espoirs qui ont forgé son idéal d’étudiant anticolonialiste. Pour se débarrasser, en effet, des opposants à sa politique de collaboration avec la France, Félix Houphouët-Boigny, le président de l’Etat et du parti unique, invente un faux complot. Ahmadou Kourouma et plusieurs de ses camarades sont menacés de mort. Il est libéré mais perd emploi et privilèges. Le gouvernement ivoirien interdit formellement de l’embaucher. Dès lors, il décide à 36 ans d’écrire pour témoigner contre l’oppression, l’emprisonnement et les tortures dont ses camarades sont victimes de la part des sicaires du pouvoir. Contraint à l’exil en France et en Algérie, Kourouma continue la rédaction du manuscrit des Soleils des Indépendances. La publication de ce roman lui est d’abord refusée en France avant d’être acceptée au Canada, en 1968.  En 1970 Houphouët-Boigny fait amende honorable en déclarant publiquement que les complots des années « 60 » n’étaient que des machinations policières. Les détenus politiques sont libérés, les bannis peuvent rentrer. Kourouma saisit l’opportunité de cette réconciliation nationale dite « Journées du Dialogue » pour rentrer dans son pays en 1971. Cependant Houphouët-Boigny continue de régner en maître absolu en pratiquant une dictature « exquise ». Ahmadou Kourouma écrit une pièce de théâtre (Tougnatigui ou le Possesseur de vérité) qui va encore le conduire à l’exil. Il est d’abord affecté au Cameroun à l’Institut international des Assurances (1974-1984) ensuite au Togo comme directeur général d’une compagnie commune de réassurances des Etats membres de la zone franc (1984-1993). Il rédige son deuxième roman (Monnè, outrages et défis) pendant cette période. En 1993, Kourouma prend sa retraite en Côte d’Ivoire en écrivant En attendant le vote des bêtes sauvages et Allah n’est pas obligé. Sa production littéraire a été couronnée de prestigieuses distinctions dont le prix Renaudot et le prix Goncourt des Lycées. Ahmadou Kourouma est titulaire d’une dizaine de décorations étrangères dont la légion d’honneur et la Grande croix de la décoration nationale ivoirienne. La disparition tragique de cet écrivain francophone, le 11 décembre 2003, laisse une œuvre courte mais d’une amplitude historique considérable.

Bibliographie sélective

  • Les soleils des Indépendances, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1968, 170 pages.
  • The Suns of Independence, Holmes and Meier Publishers, 1997, 136 pages. Version anglaise.
  • I soli delle indipendenze, Milano, Jaca Book, 1996, 220 pages. Version italienne.
  • Monnè, outrages et défis, Paris, Seuil, coll. « Points » n° P.556, 1990, 278 pages.
  • Monnew, Mercury House, 1993, 256 pages. Version anglaise.
  • Monnè, oltraggi e provocazioni, Epoche, 2005, 345 pages.
  •  En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, coll. « Points » n° P.762, 2000, 381 pages.
  • Waiting for the vote of the wild animals, édition Caraïbes et littératures africaine (Caraf), 2001, 277 pages. Version anglaise.
  • Aspettando il voto delle bestie selvagge, Rome, édition e/o, Rome, 2001, 312 pages. Version italienne.
  • Die Nächte des groBen Jägers, Wuppertal, 2000.
  •  Allah n’est pas obligé, Seuil, coll. « Points » n° P. 940, 2000, 222 pages.
  • Allah is not obliged, William Heinemann, 2006, 400 pages.
  • Allah muss nicht gerecht sein, Munich, Alerecht Knauss Verlag, 2002, 223 pages.
  • Allah non ē mica obligato, Rome, édition e/o, 2002.
  • Allàh není povinen, překlad, Petr Komers, vydala Mladà fronta, 2003. Traduction tchèque.
  • Quand on refuse on dit non, Paris, Seuil, 2004, 160 pages.
  • Quand on refuse on dit non, Paris, Seuil, coll. « Points » n° P.1377, 2004, 278 pages.
  •  Le diseur de vérité, Paris, Acoria Editions, 1998, 87 pages (réédition 2001).
  •  L’adieu au siècle. 21, Je témoigne pour l’Afrique, Grigny, Paroles d’Aube, 1998.
  •  Le Griot, homme de paroles, Orange Grandir, 1999 (documentaire jeunesse).
  • Yacouba, chasseur africain, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio junior »  917, 1998, 95 pages.
  • Yacouba, chasseur africain, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio junior » 1408, 1998, 109 pages.
  • Yacouba, Paris, Seuil Jeunesse, 1994
  • Le Chasseur, héros africain, Orange Grandir, 1999 (documentaire jeunesse)
  • Une journée avec Le Prince, homme de pouvoir, Paris, Editions Grandir, Orange, 2000, 45 pages
  • Prince, suzerain actif, Orange Grandir, 2000 (documentaire jeunesse)
  • Une journée avec Le Forgeron, homme de savoir, Paris, Editions Grandir, Orange, 2000, 45 pages.
  • Paroles de Griots, Édition Albin Michel, 2003.

Histoire du fonds. Antécédents

Le fonds Ahmadou Kourouma (1927-2003) regroupe l’ensemble de documents rassemblés par l’écrivain dans l’exercice de son métier. Les archives ont beaucoup bougé à cause de la mobilité de leur propriétaire, qui a connu l’exil et habité plusieurs résidences dans différents pays (Côte d’Ivoire, Algerie, Cameroun, Togo, France). Malgré toutes ses pérégrinations, Ahmadou Kourouma a fait l’effort de conserver l’essentiel de ses documents de travail et même sa bibliothèque qu’il a reconstituée à plusieurs reprises du fait de ses nombreux déménagements. A la mort de l’écrivain, ses ayants droit ont rapatrié, en France (Lyon), le fonds se trouvant en Côte d’Ivoire qui était doublement menacé de disparition. La résidence abidjanaise de Kourouma qui abritait ses archives a été rétrocédée à son bailleur (l’Etat ivoirien n’a pris aucune mesure régalienne pour assurer le paiement symbolique du loyer de l’illustre disparu), l’instabilité socio-politique que la Côte d’Ivoire traversait plaçait également le fonds dans une situation d’insécurité extrême (risque de vols, pillage). Dans le cadre de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM qui s’est réunie le 22 octobre 2010, le collectif « Kourouma » a été rassemblé afin d’œuvrer à la sauvegarde et à la valorisation des archives de l’écrivain. Invitée à participer à cette réunion, Christiane Kourouma a donné son accord de principe pour rendre accessibles les fonds qui ont effectivement fait l’objet d’un dépôt à l’IMEC, en janvier 2011. Ces documents ont été collectés au domicile lyonnais de Kourouma par les services compétents de l’IMEC.

Notions, pré-inventaire ou inventaire du contenu

Jean-Francis Ekoungoun a effectué le pré-inventaire et le pré-classement du fonds Kourouma, en février-mars  2012. Pascale Butel, archiviste à l’IMEC, assurera l’inventaire et le classement définitifs du contenu selon les normes archivistiques internationales en vigueur.

Importance matérielle du fonds 

Le pré-inventaire a permis de pré-classer le fonds Kourouma dans une vingtaine de boîtes. Ces archives comportent une masse considérable d’imprimés et de manuscrits ainsi que plusieurs autres boîtes contenant la bibliothèque personnelle d’Ahmadou Kourouma. A signaler également la présence de 68 disquettes à l’intérieur de ce fonds.

Lisibilité des documents. État matériel

Certaines pièces du fonds, notamment une partie de la correspondances produite ou reçue en mode fax, sont illisibles à cause de la disparition de l’encre. L’humidité a affecté une quantité négligeable de documents longtemps conservés dans des cartons ou dans ces malles inappropriés. Mais l’état matériel du fonds est globalement satisfaisant.

Accessibilité

Le fonds Kourouma n’ayant pas encore fait l’objet d’un traitement définitif, il reste non accessible au grand public sauf pour les chercheurs de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM.

 Fiche renseignée par Jean-Francis Ekoungoun

 

Cartographie des urgences

Nous nous attachons à renseigner progressivement une cartographie permettant de localiser les fonds d’archives en péril en Afrique et dans la Caraïbe, qui sont les deux régions francophones actuellement les plus vulnérables. La mise au point de cette cartographie passe nécessairement par l’activation d’un réseau de chercheurs dans les universités partenaires, au Sud et au Nord, et par des enquêtes de terrain auprès des institutions (instances universitaires, maisons d’édition, institutions littéraires diverses) et des familles dans les pays où des corpus en danger ont déjà été localisés.

Une fois identifiés, les corpus sélectionnés le sont en fonction de deux critères fondamentaux : leur importance en matière littéraire, et leur degré de vulnérabilité aux facteurs de dégradation potentiels (humains ou naturels).

Coordinateurs : Florence Davaille, Pierre Leroux, Jean-Francis Ekoungoun

Genesis 33

Afrique-Caraïbe

Sommaire
Textes réunis et présentés par Claire Riffard et Daniel Delas
Présentation
Fondations, par Daniel Delas et Claire Riffard

Enjeux
Dominique Combe, « Le texte postcolonial n’existe pas ». Théorie postcoloniale, études francophones et critique génétique
Jean-Pierre Orban,Interférences et création : La « dynamique auteur-éditeur » dans le processus de création chez Sony Labou Tansi à partir de la comparaison entre Machin la Hernie et L’État honteux

Études
Serge Meitinger, L’amour La poétique. Genèse de « Lignes » de Jean-Joseph Rabearivelo, poème liminaire de Sylves (1927)
Nicolas Martin-Granel, La quadrature du texte ou l’énigme des quatre Le Quatrième Côté du Trianglede Sony Labou Tansi
Alex Gil, La représentation en profondeur de Et les chiens se taisaientd’Aimé Césaire : pour une édition génétique en ligne
Jean Jonassaint, Des éditions génétiques haïtiennes : pourquoi ? pour qui ? comment ? Le cas de Dézafi/Les Affres d’un défide Frankétienne

Entretien
Henri Lopes,« La critique n’est pas une agression », entretien avec Lydie Moudileno

Inédits
Ahmadou Kourouma, L’avant-texte desSoleils des indépendances, présenté par Patrick Corcoran et Jean-Francis Ekoungoun
Albert MemmiPortrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur.Note sur une postface autographe inédite, présentée par Guy Dugas
Aimé Césaire, « Rumination de caldeiras », présenté par Dominique Rudelle et René Hénane
Varia
Jean-Louis Lebrave, Computer forensics : la critique génétique et l’écriture numérique
Élida Lois, La critique génétique en Argentine : précurseurs, irruption et état actuel
Julie André, Les notes de Proust, une écriture dialogique. L’exemple du Cahier 46
Philippe Scheinhardt, Jules Verne : un processus d’écriture sous contraintes

Chroniques
Comptes rendus d’ouvrages
Nouvelles d’archives, par Lydie Rauzier

Pour recevoir ce numéro de Genesis, vous pouvez vous abonner en contactant Lydie Rauzier, ou bien vous le procurer auprès de son éditeur, les Presses universitaires de Paris-Sorbonne (PUPS, http://pups.paris-sorbonne.fr) ou en librairie à partir du 4 novembre 2011.

Séminaire équipe « manuscrit francophone » 2011/2012

Programme :

La bibliothèque de Djibril Tamsir Niane incendiée !

Nous venons d’apprendre que la bibliothèque d’un des plus éminents historiens et écrivains guinéens, Djibril Tamsir Niane, a été ravagée par un incendie dans la nuit du 8 au 9 février dernier, à son domicile de la Minière à Conakry. Ses archives historiques et littéraires (manuscrits, notes de recherche, œuvres d’art, bibliothèque de travail…) ont été partiellement détruites dans ce sinistre aux causes actuellement inexpliquées, même si la police scientifique n’exclut pas la piste criminelle.

« J’arrive aujourd’hui chez moi pour constater les dégâts (…). Il m’est difficile de faire un bilan. L’évaluation ne peut pas être faite aujourd’hui. Il me faut du temps pour évaluer ce que j’ai perdu », a confié, abattu, Djibril Tamsir Niane, de retour dans son pays le dimanche 12 février. « Sachez tout simplement que j’avais là une importante bibliothèque (…). J’avais là aussi mes manuscrits, mes notes, des écrits inachevés » (entretien avec Mamadou Sarifou Barry, Afrik.com, 17/2/2012).

Djibril Tamsir Niane tente aujourd’hui de reconstituer une partie de sa bibliothèque à partir des éléments sauvés des flammes et de collationner les copies de certains documents conservées dans les archives d’institutions internationales.

Chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, nous avons fondé en 2008 au sein de l’Institut des Textes et des Manuscrits Modernes (CNRS-ENS, UMR 8231) dirigé par Pierre-Marc de Biasi une équipe intitulée « Manuscrit francophone », dont l’objectif est d’œuvrer activement à la sauvegarde et la valorisation scientifique de manuscrits littéraires francophones d’Afrique et de la Caraïbe.

Si nous avons décidé d’accorder la priorité aux pays francophones dits du Sud, c’est parce que la situation des manuscrits y est particulièrement dramatique, dans un contexte où beaucoup d’œuvres restent inédites et n’existent qu’à l’état manuscrit ou tapuscrit. Lorsque les écrivains disparaissent, les fonds sont laissés à la responsabilité de familles souvent démunies pour y faire face. Quelques belles anecdotes de malle ou de cantine miraculeusement retrouvées ne doivent pas faire oublier que des corpus entiers sont chaque année perdus, dispersés ou détruits. Comment un patrimoine manuscrit, vulnérable à l’eau, à l’air, au feu… peut-il survivre à l’agression d’une guerre, à la violence brutale des déplacements forcés, ou à celle, plus insidieuse, des prédations économiques ?

L’incendie qui a détruit en partie les archives de Djibril Tamsir Niane en février 2012 aurait pu être évité. L’agression de Bernard B. Dadié (Côte d’Ivoire) et le pillage de sa bibliothèque en juin 2011 auraient pu être évitées. L’incendie qui a ravagé la bibliothèque de Sylvain Bemba (Congo) en 2000 aurait pu être évité.

Depuis quatre ans, nous tentons de trouver des solutions de conservation pérennes pour les fonds manuscrits en péril. Au Congo, à Madagascar, en Côte d’Ivoire, en Haïti, nous cherchons à mettre en place en partenariat avec les institutions nationales des dispositifs de conservation durable, scientifiquement et éthiquement irréprochables, pour que les écrivains et/ou leurs ayants droit puissent déposer leurs archives sans renoncer à leur propriété.

Depuis quatre ans, nous tentons de sensibiliser les institutions publiques, en France, en Afrique et dans la Caraïbe, à l’importance pour la recherche et la mémoire de ces corpus littéraires de premier plan.

Depuis quatre ans, nous éditons ces textes dans une collection d’une haute exigence scientifique, Planète Libre (CNRS-AUF), qui vient alimenter les bibliothèques de recherche du monde entier.

Aujourd’hui, nous sommes révoltés par l’indifférence générale autour du péril qui guette ce patrimoine inestimable.

Il est urgent d’apporter un soutien total à l’écrivain guinéen Djibril Tamsir Niane dans sa volonté de reconstituer partiellement sa bibliothèque, par exemple en mettant à son entière disposition les archives de l’UNESCO.

  • Les chercheurs de l’équipe CNRS « Manuscrit francophone »
  • Claire RIFFARD et Daniel DELAS, coordinateurs