Introduction séminaire « bibliothèques d’écrivains » 2020, 1/2, Claire Riffard

Ces notes auraient dû être le support d’une petite intervention introductive prévue vendredi 10 janvier 2020, à l’occasion de la première séance du séminaire » Manuscrits francophones » 2109-2020 consacrée aux bibliothèques d’écrivains africains et caribéens.

En solidarité avec le mouvement de grève mené par les personnels ESR et en raison d’aléas de dernière minute, cette séance a été annulée.

***

Cette séance d’ouverture, apéritive si l’on veut, de notre séminaire nous donne l’occasion à Céline Gahungu et à moi-même :

  • de replacer en quelques mots ce sujet de recherche dans son contexte, c’est-à-dire le travail collectif de notre équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM,
  • et d’esquisser quelques jalons pour la réflexion commune que nous allons mener au cours de cette année 2020, au sein de l’équipe mais aussi avec les collègues associés à ce projet aussi bien aux Etats-Unis qu’en Martinique, en Guadeloupe, en Afrique ou encore au Vietnam.

***

Pourquoi, après avoir en 2018-2019 travaillé sur les liens entre approches anthropologiques et génétiques, sous la direction de Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini, nous intéresser aujourd’hui à la bibliothèque des écrivains africains, caribéens ou vietnamiens ?

Pourquoi penser ce lien entre bibliothèque et genèse des textes littéraires ?

C’est que nous affirmons, à la suite des travaux de Daniel Ferrer, Paolo d’Iorio ou Pierre-Marc de Biasi par exemple, que la bibliothèque est une composante à la fois intellectuelle et matérielle de la genèse des œuvres.

Et cette affirmation, nous l’avons déjà vérifiée dans nos travaux antérieurs. J’en retiens trois jalons :

  • L’inventaire de la bibliothèque de Sony Labou Tansi après décès, en 1995
  • Quelques incursions dès 2013 dans la bibliothèque d’Ahmadou Kourouma conservée à l’IMEC, qui ont donné matière à des articles importants de Patrick Corcoran sur la genèse des Soleils des indépendances
  • L’exploration récente (sous la direction de Jean-Pierre Orban, Isabelle Mette et Jérôme Villeminoz) de la bibliothèque d’André Schwarz-Bart conservée à Goyave, en Guadeloupe, et qui par exception a rejoint en 2019 le fonds Schwarz-Bart de la BnF, au vu des annotations qu’elle comporte, exceptionnelles en quantité et quant à leur contenu génétique

Cette attention jamais démentie pour la bibliothèque rejoint des travaux menés dans d’autres centres de recherches, ainsi :

– Le séminaire « Bibliothèques d’auteur » dirigé depuis trois ans par Christian Del Vento et Monica Zanardo, une collaboration entre l’ITEM et l’université Sorbonne-Nouvelle

– Le séminaire de recherche sur « Les bibliothèques d’écrivains » organisé en 2013-2014 à l’université de Cergy-Pontoise. Qui a donné lieu en 2018 à une publication importante : l’ouvrage collectif Bibliothèques d’écrivains. Lecture et création, histoire et transmission, publié sous la direction d’Olivier Belin, Catherine Mayaux et Anne Verdure-Mary chez Rosenberg et Sellier

– Une journée d’étude de 2019 à l’Université libre de Bruxelles, intitulée « Penser la bibliothèque », sur les bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges (XIXe-XXIe siècles).

***

Dans ce séminaire 2020 de l’équipe « Manuscrits francophones » – séminaire que nous aurions aussi pu intituler « Notre librairie »…-, nous privilégierons une approche génétique de la bibliothèque des écrivains, sans pour autant nous y restreindre. En suivant la suggestion d’Agnès Callu dans Bibliothèques d’écrivains : Observer une bibliothèque « compose un périmètre d’intervention pluridisciplinaire en même temps que le sont d’ailleurs les outils théoriques et pratiques mobilisés pour l’investir. » (p. 253)

Nous avons donc invité cette année Jérôme Villeminoz, conservateur au département des Manuscrits de la BnF, spécialiste du fonds Schwarz-Bart. Il interviendra le 12 juin lors de la journée d’étude caribéenne à laquelle nous vous invitons à la BnF. Nous nous appuierons également sur des travaux d’historiens qui explorent les conditions de production, de médiation et de réception de la littérature, comme Pascal Ory dans son ouvrage L’Histoire culturelle, ou encore Didier Nativel dans sa recherche récente sur les « matérialités affectives du papier en histoire de l’Afrique ».

Nous interviendrons, Céline et moi, en deux temps, et autour de deux questions :

Quoi ? Comment ?

-De quoi se constitue la bibliothèque d’un écrivain en Afrique, dans la Caraïbe ou au Vietnam ? (Claire)

-Comment les lectures d’un écrivain contribuent-elles à la fabrique de son écriture ? (Céline)

Quoi ? De quoi est constituée la bibliothèque ?

Et non pas « Que lisent les écrivains francophones ? » – car c’est le séminaire qui nous permettra collectivement d’y répondre – . Mais plutôt :

  • Quel est le périmètre de ces bibliothèques ?
  • Et y avons-nous accès ?

 

  1. Le périmètre de la bibliothèque

Olivier Belin appelle à « relativiser l’idée que la bibliothèque serait un lieu unique, censé centraliser les livres, les savoirs et les archives » (Belin). Il donne une large extension au terme. Pour lui une bibliothèque peut être à la fois :

– Une bibliothèque matérielle et une bibliothèque mentale, autrement dit un lieu concret (une série de livres) et un lieu abstrait (ayant son siège dans la mémoire).

– Une géographie (un espace) et une biographie (un temps, une vie, des strates temporelles).

La bibliothèque pourrait même être pensée comme la vraie biographie de l’écrivain, en quelque sorte un « tombeau » de soi. Valéry écrit « l’écrivain mort, l’ensemble de ses livres parle encore » ; un écrivain contemporain, Paul B. Preciado, précise (dans Libération) : « Une bibliothèque est une biographie matérielle, écrite avec les mots des autres, constituée de l’accumulation et de l’ordre des différents livres que quelqu’un a lus au cours de sa vie. » 

Et, troisième binôme dans la typologie d’Olivier Belin :

– Une bibliothèque peut être privée ou publique (fréquentation de la bibliothèque municipale par ex.)

Également, concernant nos corpus, le binôme bibliothèque privée / bibliothèque collective, ou partagée. O. Belin souligne que mettre en commun ou constituer collectivement une bibliothèque partagée est fréquent chez les avant-gardes.

J’ajoute quelques items à cette typologie :

– un lieu du local et un outil du global, ce que Xavier Garnier appelle le « rattachement au monde des « Lettres » dans son article paru dans le numéro 12 de la revue en ligne Continents manuscrits :

Les écrivains africains de l’époque coloniale multiplient les signes de rattachement au monde des « Lettres » : ils recherchent un style « hyper-littéraire », ils se font prendre en photo dans leur bibliothèque, stylo en main, la tête penchée sur leurs manuscrits, etc. (Garnier, CM12)

– un lieu du contemporain et un lieu du lointain, comme le souligne aussi Daniel Ferrer dans Bibliothèques d’écrivains :

L’étude de la bibliothèque « permet de nuancer une vision simplificatrice qui ferait surgir l’œuvre d’un « champ littéraire » contemporain, étroitement défini : les traces de lecture prouvent que le dialogisme, le jeu de positionnement, le fait de se définir en fonction de l’autre et en opposition à lui, mettent en jeu les écrivains des générations passées tout aussi intensément que les contemporains. (Bibliothèques d’écrivains p. 9.)

– Un ensemble plein (un volume de livres) et un ensemble vide, en creux (les livres manquants). Dont on n’aurait plus que des traces indirectes : dans les épigraphes, dans les citations, dans les carnets etc.

– Un corpus écrit et un corpus oral (proverbes, chansons, contes, légendes, épopées traditionnelles…)

– Un corpus papier et d’autres ensembles, sur d’autres supports, y compris numériques bien sûr : une iconothèque, une discothèque, une vidéothèque, les publications sur les réseaux sociaux, une bibliothèque sur smartphone, donc, mais pas seulement, et même, selon Xavier Garnier, « les murs de nos villes » :

Si la bibliothèque est une hétérotopie dans le célèbre article de Michel Foucault, elle s’est déversée dans l’espace quotidien de beaucoup de villes africaines et c’est là qu’il faut aller chercher les textes. Il y a dès lors toute une réflexion à mener sur la question de l’inscription du texte, qui rejoint de nombreuses préoccupations actuelles sur les supports de la littérature : il existe un terrain pour les textes dont le livre n’est qu’une modalité. Écrire ou lire c’est aussi faire l’expérience d’un support pour l’écrit, particulièrement dans des parties du monde où le(s) papier(s) parle(nt) la langue du pouvoir. Dans Discours/figure, Jean-François Lyotard s’intéresse au substrat figural de tout discours et la façon dont il se rattache à son support. Il y a continuité entre un poème griffonné sur un mur à Libreville et un poème inséré dans un livre rangé dans une bibliothèque à Paris. (Continents Manuscrits 12)

Cela étant, qu’en est-il dans la pratique ?

 

  1. Avons-nous accès aux bibliothèques des écrivains africains ou caribéens ?

Le premier constat est que peu de bibliothèques sont accessibles. Elles ont souvent disparu, en contexte de tension.

  • Madagascar, 1937 : la bibliothèque de J.J. Rabearivelo est vendue aux enchères à sa mort pour servir de caisse de secours à sa veuve et à ses orphelins
  • Algérie 1959 : Mohammed Dib doit abandonner ses livres au moment de quitter son pays, en pleine guerre de libération
  • Abidjan 1964 et 1974 : Ahmadou Kourouma raconte À T. Chanda des circonstances de pillage :

J’ai perdu à deux reprises, lors des déménagements successifs, tous mes livres. La première fois en 1964 quand je suis allé m’installer à Alger. Comme dans mon appartement, je n’avais pas assez de place pour garder tous mes livres, je les ai mis à la cave. Des gens indélicats s’y sont introduits par le soupirail et sont partis avec la plupart des livres. La deuxième fois lors de mon déménagement au Cameroun en 1974. Comme je devais m’absenter d’Abidjan pour plusieurs années, j’ai fait envoyer tous mes livres par le train à Douala. Le train a été immobilisé en rase campagne suite à un accident. Et comme cela arrive souvent en Afrique, les habitants des villages environnants sont descendus en masse pour piller le train accidenté. Je n’ai plus jamais revu la couleur de mes livres. Il m’a donc fallu reconstituer ma bibliothèque une nouvelle fois ![RFI]

  • La Réunion, 1972 : bibliothèque de Boris Gamaleya est dispersée au moment de son exil en métropole
  • Conakry 2012 : la bibliothèque de Djiril Tamsir Niane est ravagée par un incendie

Ces ravages ont aussi touché des bibliothèques qui ont compté car elles étaient de vraies bibliothèques partagées, très fréquentées par d’autres écrivains, des bibliothèques d’avant-garde au sens où l’entend O. Belin, comme « réservoir des références communes, mais aussi l’objet d’une réflexion sur ce que peut et doit être le rapport de la modernité à la tradition, à l’héritage ou à la culture. ». Ces bibliothèques exceptionnelles, ce sont celles de :

  • G. Damas, à Paris puis Washington, dont Daniel Maximim témoigne : « Il avait TOUT sous le coude ». Pas d’inventaire.
  • À Brazzaville, celle de Sylvain Bemba, qui a été entièrement détruite au cours de la première séquence de la guerre civile congolaise, celle qui va de juin à octobre 97. Pas d’inventaire.

À l’inverse, nous disposons de quelques inventaires, qui coïncident, très logiquement, avec le don ou l’acquisition de bibliothèques d’écrivains par des institutions de conservation :

  • À la bibliothèque francophone multimedia de Limoges : inventaires des bibliothèques de Sony Labou Tansi et de René Depestre,
  • Bibliothèque de l’UCAD à Dakar : inventaire de la bibliothèque de René Maran,
  • BnF : inventaire en cours de la bibliothèque Schwarz-Bart
  • IMEC : inventaire partiel de la bibliothèque de Kourouma. L’inventaire des dictionnaires de Kourouma, qui étaient de l’aveu même de Kourouma la part la plus importante de sa bibliothèque, a été heureusement accompli par Patrick Corcoran ; il a permis de nourrir l’analyse de la fabrique kouroumienne. Relance actuelle de ce travail : catalogage de la bibliothèque avec l’IMEC.

Il faut ajouter à cette liste le début d’inventaire de la bibliothèque – très lacunaire – de Boris Gamaleya que nous avons effectué en équipe à Barbizon en 2016, et un projet d’inventaire de la dernière bibliothèque d’Aimé Césaire, à Fort-de-France.

Il faut donc, de toute urgence, relancer une politique d’inventaires de bibliothèques, sans laquelle nous ne pourrons approfondir notre réflexion commune dans le cadre de ce séminaire.

(Ici deux exemples remarquables d’inventaires numériques de bibliothèques)

J’en termine par quelques dernières remarques avant de laisser Céline Gahungu pousser véritablement la porte de la bibliothèque :

 

  1. Quelques remarques

– Une bibliothèque obéit à des choix mais aussi à des contraintes. Il convient d’avoir à l’esprit les difficultés d’acquisition des livres sur le continent africain ou dans l’espace caribéen pendant toute une partie du XXème siècle.

– Il faut donc replacer les pratiques de lecture dans leur époque. Car le recul historique peut créer un effet de miroir déformant. Je cite Daniel Ferrer : « Se garder de confondre ce qui est trait d’époque, devenu pour nous exotique, et ce qui est spécificité d’un créateur » (Bibliothèques d’écrivains p. 9.)

– De ce fait, les bibliothèques d’Afrique ont longtemps été des bibliothèques européennes, des bibliothèques d’abord véhiculées par les missionnaires, puis diversement alimentées par les nouveaux arrivants européens, dont l’analyse ne peut être séparée de celle des instances de formation (école coloniale, etc),

– Dont l’analyse ne peut non plus être séparée de la question des langues qui la constituent : dans quelles langues, en effet, ces bibliothèques ?

– Peu à peu, ces bibliothèques ont ménagé une place à une première bibliothèque africaine, à mesure que se constituait la littérature africaine écrite. Une bibliothèque africaine à laquelle Sami Tchak rend hommage dans ses romans, où il « étale », où il « expose », ce sont ses termes, sa bibliothèque :

Il y a des chapitres qui n’auraient peut-être pas trouvé leur place dans Hermina si je n’avais pas pensé à rendre hommage à un auteur.  Certains passages viennent vraiment d’un hommage à un livre. (entretien avec Ninon Chavoz et Elara Bertho, Afriques transversales)

Dans Place des fêtes, Sami Tchak intègre les titres de romans qu’il considère comme autant de classiques africains méconnus[3].

Le sexe, c’est un bonheur, mais c’est aussi un piège sans fin comme on le disait au Dahomey sous le soleil des indépendances, au moment où l’on attendait, à l’ombre des palmiers et du vaudou, le vote des bêtes sauvages sans la monnaie des outrages et des défis difficiles à lever par les jeunes nations. Quelle aventure ambiguë, mon Dieu, pour mon prof de maths parti à Abidjan par les temps qui courent ! (Place des fêtes, p. 97)

Le cas de Sami Tchak est un cas extrême de dévorateur de bibliothèque.

Il existe un autre cas extrême, c’est celui de l’écrivain qui, non satisfait de se constituer une bibliothèque d’ouvrages imprimés, fait bibliothèque au sens propre, crée une nouvelle bibliothèque, en éditant des livres. Je pense ici à l’écrivain malgache Raharimanana ; directeur de la collection « Fragments » chez Vents d’ailleurs, une collection qui prolonge magnifiquement son œuvre et sa bibliothèque.

***

Dans tous les cas, il conviendra de mener l’enquête, de consulter la physionomie de la bibliothèque, de partir à la recherche des traces de lecture, internes et externes au volume (annotations dans les marges, carnet de notes, brouillons, épreuves, etc.), de reconstituer les lacunes, etc. Pour pouvoir enfin analyser la digestion de la bibliothèque, dont Céline va nous entretenir.

[3] https://www.fabula.org/colloques/document6344.php


Vous aimerez aussi...