Séminaire de formation, Université de Cocody, Côte d’Ivoire, octobre 2012

Rapport scientifique du séminaire de formation

« La Génétique des textes »

Université de Cocody (Côte d’Ivoire)

(16-17-18-19 octobre 2012)

http://www.auf.org/actualites/cote-divoire-seminaire-genetique-des-textes/

Sommaire

1. Conditions générales de mise en oeuvre du séminaire

2. Rapport scientifique de la formation

3. Suivi-evaluation destiné aux étudiants

4. Perspectives

Remerciements

L’Équipe de Recherche  « manuscrits francophones du Sud » voudrait adresser ici ses sincères remerciements aux Institutions qui lui ont permis l’organisation de ce premier séminaire de formation autour de la thématique « La génétique des textes : enjeux scientifiques et patrimoniaux des processus de création ».

Elle remercie L’Agence Universitaire de la Francophonie pour le soutien financier dont la manifestation a bénéficié et l’ensemble des facilités offertes à l’Équipe par la Direction de l’Antenne d’Abidjan dirigée par Prof. MAMBO Véronique.

Elle adresse aussi des mots choisis à la Présidence de l’Université Félix Houphouët-Boigny, en particulier au Prof. BAKAYOKO-LY Ramata, qui a cru au projet et lui a donné le soutien institutionnel nécessaire.

Enfin, l’équipe marque sa reconnaissance à l’UFR LLC et à son Doyen, le Prof. Jérémie Nguessan KOUADIO, qui ont porté le projet, l’ont abrité et animé avec responsabilité et sens de l’anticipation. Elle témoigne également sa reconnaissance au Doyen de l’UFR CMS de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, le Prof. Ouattara Anzoumana pour son intérêt et son soutien.

1. CONDITIONS GÉNÉRALES DE MISE EN OEUVRE DU SÉMINAIRE

Initialement partie sur une demande de financement adressée à trois institutions universitaires (Agence Universitaire de la Francophonie ; Université Félix Houphouet-Boigny d’Abidjan-Cocody et Université Alassane Ouattatra de Bouaké), pour l’organisation d’un séminaire de formation à la critique génétique des textes dans les deux universités ci-dessus citées,  l’Equipe de recherche Manuscrit francophone (groupe de recherche adossé au  GRATHEL[1] pour sa partie à Abidjan) a bénéficié de l’appui financier de l’AUF et de l’Université Félix Houphouet-Boigny et du soutien du Doyen de l’Ufr, Communication, milieu et société de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké.

Toutefois, alors que l’Agence Universitaire de la Francophonie s’engageait à soutenir la formation uniquement à l’Université Félix Houphouet-Boigny, l’équipe a maintenu celle destinée aux étudiants de l’université Alassane Ouattara. Ces derniers ont donc été invités à participer à la formation à l’université  Félix Houphouet-Boigny. Cette option pratique répondait au souci de créer les conditions maximales d’une vulgarisation de cette approche critique, mais aussi pour conserver la dynamique de travail en synergie enclenchée depuis les rencontres de Mars 2012 au CNRS-ENS à Paris entre les membres du groupe de recherche.

Ainsi les charges essentielles du séminaire de formation se repartissent-elles entre la prise en charge d’un missionnaire par l’Université Félix Houphouet-Boigny (billet d’avion aller-retour+ hébergement d’une semaine) et une subvention de 3000 euros accordée par l’AUF.

Le Professeur Patrick Corcoran de l’Université de Rohampton à Londres, arrivé en Côte d’Ivoire pour assurer la  formation, a séjourné à Abidjan du 15 au 19 octobre. Il a participé au séminaire les 16, 17,  18 et 19 octobre 2012.

Le séminaire a enregistré la présence des enseignants-chercheurs des Universités Félix Houphouet-Boigny (filière de Lettres modernes, d’Histoire, d’Allemand) et Alassane Ouattara (filière de Lettres modernes). Un réel motif de satisfaction a été la présence d’étudiants (de maîtrise et de doctorat) de  l’Université Alassane Ouattara aux cotés de ceux d’Abidjan.

2. RAPPORT SCIENTIFIQUE DE LA FORMATION

Le séminaire de formation  « La génétique des textes », à l’initiative du pôle Manuscrit francophone de l’Institut des Textes  et  Manuscrits modernes  (ITEM) du CNRS /Paris (UMR 8132 ENS-CNRS), laboratoire spécialisé dans l’analyse et le traitement des manuscrits modernes (XVIIIe-XXIe siècle)  – s’est tenu du 16 au 19 octobre 2012 à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, dans les locaux de l’UFR Littératures Langues et Civilisations (Salle de conférences des 3 UFR).

Le public était composé d’enseignants-chercheurs issus de plusieurs disciplines et d’étudiants en année pré-doctorale des universités Félix Houphouet- Boigny  d’Abidjan – Cocody et Alassane Ouattara de Bouaké. Le nombre des participants oscillait entre 20 et 30 (voir annexe de liste de présence journalière). L’objectif du séminaire était d’une part de faire connaître et d’initier les étudiants à la critique génétique afin de susciter leur intérêt de manière à ce qu’ils envisagent l’option de cette méthode dans leurs recherches doctorales. D’autre part, il s’agissait, en ce qui concerne les enseignants, de les interpeller sur le caractère interdisciplinaire de l’approche et ses enjeux patrimoniaux.

Deux formateurs ont été au centre de l’animation de ce séminaire : le Professeur Patrick Corcoran de l’Université Roehampton (Londres) et le Docteur Jean-Francis  Ekoungoun de l’Université Alassane Ouattara (Bouaké). Tous deux sont chercheurs associés à l’ITEM-CNRS- Paris et Patrick Corcoran y dirige actuellement l’Equipe Kourouma[2]. A ces deux formateurs, il faut noter la présence et le soutien académique du doyen de l’UFR LLC, le Professeur Jérémie N’Guessan Kouadio. Le Professeur Adama Coulibaly, vice doyen de cette même UFR, par ailleurs chercheur associé à l’ITEM, en a assuré la présidence des séances.

Dans la pratique, les animateurs ont adopté un schéma de travail à caractère interactif. Cette organisation  avait pour but d’inciter le public à une participation efficiente.

La première journée du 16 octobre, le séminaire a débuté autour de thème central de la présentation de la génétique des textes. Les deux formateurs ont chacun exposé sur un aspect de cette problématique. Patrick  Corcoran a procédé à une introduction générale, quand Jean- Francis Ekoungoun a orienté sa présentation vers une perspective interdisciplinaire. A l’issue de cette première journée, les participants ont manifesté un vif intérêt.

Les 17 et 18 octobre ont vu la participation de deux écrivains ivoiriens aux travaux : le poète Emmanuel Toh Bi[3] et le romancier Maurice Bandaman[4]. Il s’agissait pour la direction scientifique d’interroger les producteurs des manuscrits sur leur pratique d’écriture, de création, en somme leur travail dans l’atelier littéraire. Il a été aussi question de connaître connaître leurs rapports aux premiers jets, aux brouillons, aux premières épreuves, aux manuscrits, aux carnets, aux tapuscrits etc. Quelle politique du manuscrit ces deux auteurs adoptent-ils : rejet ou abandon des brouillons, une fois l’œuvre achevée ? Conservation du manuscrit, du brouillon? Et alors dans quelles conditions et pour quels buts ?

Pendant ces deux jours, les interventions des formateurs et celles des écrivains  se sont alternées. Les interventions des formateurs ont porté sur des éclairages historiques, théoriques, conceptuels quand celles des écrivains ont été axées sur leurs pratiques, leurs expériences en tant que créateurs, sur la gestion de leur processus d’écriture. Les deux invités ont entretenu le public sur le thème « Paroles d’écrivains » avec la mention « le poète en acte d’écriture» pour le premier et « le romancier en acte d’écriture » pour le second.

Ainsi le mercredi 17 octobre, le poète Emmanuel Toh Bi, à partir des supports d’écriture, a captivé l’auditoire sur l’histoire de la composition de ses recueils de poèmes mais aussi sur l’aventure (avec les Éditions L’Harmattan) pour la composition de ses illustrations  affectées à ses pages de couverture.

Le jeudi 18 octobre a connu une grande affluence avec la participation du romancier Maurice Bandaman qui a également édifié le public avec la présentation de sa première machine à taper.  Venu aussi avec ses manuscrits (notamment ceux de Le fils de la femme male[5] et de L’Amour est ailleurs),  il a reconnu avoir un rapport presque fusionnel avec le papier et le stylo, un rapport qu’il ne retrouve pas avec la saisie à l’ordinateur. L’auteur a confié avoir pris la résolution de revenir à ce lien originel pour ses compositions en cours et à venir.

Ces deux interventions ont donné de la matérialité aux propos des formateurs. Ces derniers ont animé les séances comme indiquées ci-après. Jean- Francis Ekoungoun a présenté un exposé sur l’urgence de la sauvegarde des manuscrits africains. Lors d’une séance commune, les deux formateurs ont présenté le Fonds Kourouma, puis sont intervenus sur la notion de « dossier génétique » en s’appuyant sur le manuscrit de Les Soleils des indépendances, roman majeur de l’écrivain Ahmadou Kourouma. Une séance a été consacrée à des travaux pratiques afin de permettre une participation effective du public. Cet atelier a porté sur les techniques de transcription microgénétique à partir d’un manuscrit, précisément les transcriptions diplomatique et linéaire. Jean Francis Ekoungoun en a assuré l’animation.

Le séminaire s’est achevé le 19 octobre avec trois points inscrits à son ordre du jour.  La présentation des travaux de Patrick Corcoran concernant le dossier génétique de Monnè, outrages et défis, le dépouillement de fiches d’évaluation destinées aux étudiants qui a révélé une satisfaction générale et le bilan du séminaire dressé par Adama Coulibaly suivi d’une  remise d’attestations de participation par le Doyen de l’UFR LLC à tous les participants.

3. LE SUIVI-EVALUATION DESTINÉ AUX ÉTUDIANTS

Il est indéniable que le séminaire de formation à la génétique des textes fut un succès. A la fin de la formation, des fiches d’évaluation ont été remises aux séminaristes en vue de recueillir leurs avis sur  le séminaire. L’analyse de ces fiches le vendredi a mis en évidence les observations suivantes :

– La véritable motivation, pour nombre de séminaristes, en venant à cette formation était de s’informer, comprendre, en somme, d’avoir un aperçu sur une méthode que certains d’entre eux ne connaissaient pas.

– Les séminaristes ont énormément apprécié la présence des écrivains car elle a rendu vivante une problématique qu’ils n’entrevoyaient que partiellement.

– Les séminaristes ont aussi apprécié le niveau théorique du séminaire et la formation pratique de transcription diplomatique et linéaire (réalisée à partir d’un fragment de texte d’Ahmadou Kourouma).

– Ils ont émis le souhait que la formation soit renouvelée.

-Les étudiants qui ont opté pour la critique génétique dans leurs travaux de recherche ont demandé un accompagnement des formateurs et des enseignants de façon générale.

4. PERSPECTIVES

Au terme de la formation, une réunion bilan a été organisée. Les perspectives générales suivantes ont été tracées.

– Le suivi des étudiants intéressés par la question de la critique génétique des textes.

– L’organisation d’une journée d’étude au mois de mars 2013 à l’université Alassane Ouattara de Bouaké (sur et autour de la question des manuscrits). Les actes de cette journée feront l’objet de publication.

-La participation de l’équipe à un appel à communication sur KOUROUMA pour présenter une approche génétique de son œuvre. Il a été admis le principe de deux communications rédigées à quatre mains pour renforcer la dynamique du travail en équipe.

Fait à Abidjan le 15 novembre 20124

 


[1] GRATHEL : Groupe de Recherche en Analyses et Théories littéraires (UFR LLC)

[2] L’Équipe Kourouma travaille actuellement  à la valorisation des fonds d’archives de l’écrivain ivoirien.  Son fonds est déposé à l’IMEC à Caen. L’un des objectifs de cette équipe est d’arriver à terme à la rédaction d’une édition critique des textes d’Ahmadou Kourouma.

[3] Emmanuel Toh Bi est Enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. Il est l’auteur de Parulies rebelles, 2007, Paris, Harmattan ; Djèlénin-nin pour toi mon Afrique, 2007, Paris, Harmattan ; Sueur de lune, 2009, Paris,  Harmattan ; –Aurore d’Afrique à Sanoudja, 2009, Paris, Harmattan ; Colère d’aiguille, 2011.

[4] Par ailleurs, ministre de la Culture et de la francophonie, Maurice Bandaman est grand prix littéraire d’Afrique noire 1993 pour son roman Le fils-de-la-femme-mâle, Paris, Harmattan,1993 et auteur d’une œuvre plurielle importante : RECUEILS DE NOUVELLESUne femme pour une médaille (Abidjan, CEDA, 1986, Prix concours littéraire CNOU-CEDA), Le sang de la République, (Abidjan, Inter-Afrique-Presses,1991) POESIE -Portraits des siècles meurtris, Anthologie de la poésie de Côte d’Ivoire, Paris, Nouvelles du Sud, 1993 ; -Nouvelles chansons d’amour, ( Abidjan, PUCI, 2000 Poésie) ; ROMAN : Le fils-de-la-femme-mâle (Paris, Harmattan, 1993) ; La Bible et le Fusil,  (Abidjan, CEDA, 1997);-L’Amour est ailleurs, (Abidjan, PUCI, 2000) ; THEATRE Au nom de la Terre, suivi la Terre qui pleure, (Abidjan, PUCI, 2000) ; -Même au Paradis on pleure quelquefois (, Abidjan, PUCI, 2001) ; Le paradis français, (Abidjan, CEDA-NEI, 2008, .)-L’Éternel amour, (Editions Sesame, 2008). LITTERATURE ENFANTINE– Sikagnima, la Fille aux larmes d’or,  (Abidjan, PUCI, 2000) ; CHRONIQUE -Cote d’ivoire : Chronique d’une guerre annoncée, 2004

[5] Il a avoue conserver jalousement ce manuscrit, par raison affective inexpliquée, mais aussi peut-être parce que c’est celui qui l’a fait connaître au monde entier.


Jean-Francis Ekoungoun

Jean-Francis Ekoungoun est titulaire d’un Doctorat de littérature et civilisation françaises de l’Université Paris III - Sorbonne Nouvelle. Il enseigne la littérature comparée et la critique génétique à l’université de Bouaké en Côte d’Ivoire. Chercheur à l’Institut des textes et manuscrits modernes (Item/Cnrs), il a participé à la fondation du pôle de recherches « Sauvegarde et valorisation du Manuscrit francophone » et du collectif « Littératures Sud » réuni par l’Agence Universitaire de la francophonie (Auf). Son domaine de recherche est l’étude des manuscrits des écrivains africains, la relation critique entre genèse et histoire, ainsi que la question de l’altérité culturelle et des migrations.

Vous aimerez aussi...