Séminaire de formation, Université Marien Ngouabi, Bayardelle, Congo-Brazzaville, 10-14 décembre 2012

Le vendredi 7 décembre 2012, journée de prise de contact de Nicolas Martin-Granel, le responsable de la formation, avec les étudiants et les doctorants. Étaient présents : Messieurs les professeurs Mukala Kadima-Nzuji, André- Patient Bokiba, et une vingtaine d’étudiants et chercheurs (niveau Master 1 & 2, doctorat) travaillant sous la direction du professeur Mukala Kadima-Nzuji.

Présentation de l’ITEM/CNRS et du pôle « Manuscrits francophones du Sud » (historique, objectifs, organisation, corpus, réalisations : séminaires, équipes, publications, projets…)

Le calendrier du séminaire de formation est fixé en cinq séances de trois heures, tous les jours de la semaine suivante de 10h à 13h. La méthode consistera à faire alterner et interagir en continu phases d’appropriation théorique et exercices pratiques d’observation des documents et maniement des outils. Le contenu suivra grosso modo les étapes dégagées par Pierre-Marc de Biasi, le directeur de l’ITEM, dans son livre, La génétique des textes, qui servira de manuel et de fil conducteur.

La formation proprement dite a débuté le lundi 10 décembre à 10h dans la salle doctorale de l’Ellic. Au cours de cette première séance, Nicolas Martin- Granel a donné un bref aperçu sur les manuscrits anciens et modernes. Il a ensuite retracé l’historique de la génétique des textes ainsi que sa problématique émergente dans les pays du Sud. Par la suite, il a présenté les différents ouvrages et documents traitant des questions génétiques, sur lesquels s’appuie la formation, notamment : le n° 15 de la revue Études Littéraires Africaines, le n° 33 de Genesis, ; ainsi que le cahier manuscrit de La Natte de Sony Labou Tansi et aussi les trois versions tapuscrites constituant l’avant-texte de Une enfant de Poto-Poto, le dernier roman  de Henri Lopès  paru  au début  de l’année.

Le deuxième jour a permis au conférencier de présenter le tableau de la typologie des documents de genèse, brossé par Pierre-Marc de Biasi. L’accent était mis sur les différents types d’écriture à savoir : à programmation ou scénarique versus écriture à processus ou à structuration rédactionnelle. La suite de cette deuxième journée a donné lieu à des exercices pratiques. Le travail a consisté à identifier dans le tableau à quel  type et stade d’avant-texte correspondaient les tapuscrits d’Une enfant… corrigés de la main de l’auteur. La séance s’est terminée sur la projection de quelques brouillons de Sony Labou Tansi (fac-similés et transcription diplomatique) et le déchiffrage des corrections manuscrites autographes d’Henri Lopès.

Le troisième jour, le travail pratique a porté sur les premières pages des tapuscrits d’Une enfant... comparées entre elles et avec la version publiée. À partir des transformations de l’incipit, le travail consistait à retrouver l’ordre chronologique pour les trois versions jusqu’au texte publié et à caractériser les processus d’écriture, par ajout ou suppression.

Le quatrième jour était consacré à des exercices pratiques de numérisation (branchement et fonctionnement du scanner) et de projection de trois feuillets tapuscrits de H. Lopès, plus précisément extraites de Dossier classé. Ensuite, les étudiants étaient appelés à identifier précisément les divers types de rature, et à évaluer le processus de condensation par comparaison avec la scène telle qu’elle a été éditée dans la version parue au Seuil (p. 22-23).

Le cinquième jour, l’exposé a porté sur la génétique des textes et la critique génétique. Mais aussi sur le rapport entre critique génétique et les autres approches : thématique, psychanalytique, sociocritique… L’accent a été mis sur la pertinence de l’approche anthropologique, par exemple pour les corpus de Tchicaya U Tam’si et Sony Labou Tansi (voir les travaux de Patrice Yengo sur l’écriture du ventre). Le conférencier a terminé par un bref exposé sur les éditions critiques et génétiques, publications sur papier et en ligne. À cette occasion, il a présenté aux étudiants quelques éditions déjà réalisées : Sony Labou Tansi (Revue Noire), Jean-Joseph Rabearivelo (Planète Livre) ; ainsi que celles en cours et en projet (Aimé Césaire, Kourouma, SLT).

Nous avons terminé notre session de formation le vendredi 14 décembre à 12h30 avec comme projet : mettre en place une équipe d’étudiants et de chercheurs qui s’intéresseraient à la génétique des textes, avec l’objectif de :

–       Poursuivre la cartographie des fonds d’écrivains congolais, notamment inventorier celui de Tati-Loutard, qui a été rapatrié à Pointe-Noire. Et s’il y a lieu, monter un projet de mission sur le terrain.

–       Sauvegarder les manuscrits et plus généralement les archives littéraires en procédant par la numérisation. Enquêtes à mener sur place, par exemple aux Archives nationales (exemplaires de la revue Liaison) et dans le fonds SLT de livres laissés à Brazzaville.

–       S’intéresser aux autres arts pouvant faire l’objet d’études génétiques : la musique congolaise bien sûr, mais aussi le théâtre et les arts de la performance, à l’occasion d’événements comme le festival « Manstina sur scène » de Dieudonné Niangouna, qui se tenait justement durant la semaine de formation. Pour les arts visuels et plastiques, une structure récente comme  «Les Ateliers Sahm », créés cette année même et animés par Bill Kouléany, devrait constituer un gisement fécond pour les apprentis généticiens…

Augustine Kintsungula et Nicolas Martin-Granel

 

Matériel / matériaux mis à disposition du public de la formation :

1 ordinateur portable (iBook G4 de NMG) ; 1 vidéo projecteur (ELLIC) ; 1 scanner portable (don de l’ITEM, laissé en dépôt auprès du Pr M. Kadima-Nzuji) ;

 Brouillons d’écrivains (catalogue expo BNF, 2003) ;  Pourquoi la critique génétique ?; La génétique des textes (P.M. de Biasi; Logiques du brouillon (Daniel Ferrer) ; revue Genesis, 33 : « Afrique-Caraïbes » (2010) ; Études littéraires africaines, 15 : « approche génétique des écrivains congolais » (2003) ; Césaire à l’œuvre, Œuvres complètes, Tome 1, de J.-J. Rabearivelo (ITEM/CNRS/AUF, 2010).

Dossier Sony Labou Tansi : La Natte II (cahier manuscrit original) ;  L’autre monde, écrits inédits (Revue noire, 1997) ; L’atelier de Sony Labou Tansi (Revue noire, 2005) ; 1 disque dur externe contenant l’ensemble des archives numériques SLT déposées à l’ITEM (manuscrits, entretiens audio, transcriptions diplo., photos, articles, etc.)

Dossier Henri Lopès (en copie) : réponses au questionnaire de Greta Rodriguez (10 pages, 2003) ; entretien avec L. Moudileno (in Genesis, 33) ; Dossier classé : 3 pages dactylographiées avec corrections autographes + 2 pages du texte correspondant (Le Seuil, p. 22-23); Une enfant de Poto-Poto : 3 tapuscrits avec corrections manuscrites + le livre publié (Gallimard, 2012).


Vous aimerez aussi...