Rapport du séminaire de génétique des textes, Lubumbashi, décembre 2013

Lubumbashi, 9-14 décembre 2013, Nicolas Martin-Granel.

Le séminaire de littérature négro-africaine, qui a été délivré par Nicolas Martin-Granel, chercheur associé à l’équipe « Manuscrits francophones du sud » (ITEM/CNRS/ENS), aux doctorants de l’Université de Malemba, de Likasi et de Lubumbashi, de l’ISP et l’ISES, s’est tenu pendant six jours d’affilée de 11h à 13h au campus numérique de l’AUF sis dans la Faculté de Médecine, dont l’équipement de la salle de formation mise à notre disposition a permis la projection et l’audition de nombreux documents et archives numériques dans d’excellentes conditions. La formation portait sur une initiation/sensibilisation à la génétique des textes, avec un focus particulier sur les manuscrits de Sony Labou Tansi.

Le premier jour, en retraçant l’historique de la génétique textuelle et  présentant ses activités académiques notamment dans sa nouvelle équipe « Manuscrits francophones » créée récemment au sein de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM), le professeur a expliqué l’importance des manuscrits, des tapuscrits et des brouillons, bref de toutes les archives des écrivains. Il a fait circuler des ouvrages, des articles et comptes-rendus de séance de travail ainsi que des coupures de journaux qui soutiennent la sauvegarde et la valorisation de ces archives. Vous trouverez en annexe l’ensemble des documents qui ont été mis à notre disposition.

Le deuxième jour, nous avons eu l’honneur de recevoir un écrivain local, dont le nom est Patrick Mudekereza (co-auteur avec Sammy Baloji de Congo Far-West), à qui le professeur a posé un certain nombre de questions sur son attitude face à ses brouillons. Voir le questionnaire de Greta Rodriguez-Antoniotti dans « Comment écrivent les écrivains congolais » (Études Littéraires Africaines, 15, 2003).

Le troisième jour, le professeur a poursuivi ses explications en prenant l’exemple de la genèse de l’écriture de Serge Amisi, ancien kadogo dont le livre, Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain. Carnets d’un enfant de la guerre, a été précédé de deux avant-textes : le récit original écrit en lingala sur dix cahiers et sa traduction orale en français transcrite sur support numérique. Les trois états du textes qui ont été projetés ont sensibilisé les doctorants à la problématique linguistique et éthique des interférences auteur/éditeur. Voir « Éthique éditoriale et manuscrits africains », l’article de Jean-Pierre Orban, éditeur notamment de P. L. Tchibamba, dont certains passages ont été lus pour lancer un débat à ce sujet.

Le quatrième jour, les doctorants ont été soumis à une épreuve d’évaluation qui consistait, après mise en contexte de son tournage lors du récent colloque sur Sony Labou Tansi en scène(s) », à suivre en prenant des notes un film documentaire, « SLT : lieu de c(L)asse », et à mettre par écrit ce qu’ils auraient compris du film. Les brouillons des notes ont été ramassées avec les copies.

Le cinquième jour, les explications se sont poursuivies sur l’intérêt de disposer des brouillons pour constituer le dossier génétique d’une œuvre, en s’appuyant d’abord sur un aperçu des cahiers manuscrits de Sony Labou Tansi. Ensuite, pour entrer dans l’univers de la rature, c’est en projetant trois feuillets tapuscrits avec corrections manuscrites d’un chapitre de roman, Dossier classé d’Henri Lopes, et en comparant cet avant-texte avec la version définitive publiée au Seuil, que le professeur a distingué les diverses sortes de rature. Nous en avons retenu cinq : les ratures de suppression, de substitution, de déplacement ou de transfert, de suspension et enfin d’utilisation.

Le sixième et dernier jour a été consacré au compte-rendu de l’évaluation, qui portait sur la difficile distinction des trois niveaux d’analyse génétique emmêlés dans le film : la genèse textuelle de SLT (« je désorganise la genèse »), la genèse théâtrale des deux metteurs en scène (Jean-Damien Barbin/ Dieudonné Niangouna) et enfin la genèse du film lui-même pour lequel les deux réalisatrices, Julie Peghini et Laetitia Biaggi, ont dû « dérusher » des centaines d’heures de tournage pour monter un film de 30mn. La formation s’est achevée sur la projection / audition de quelques extraits d’archives filmiques sur la vie et l’œuvre de Sony Labou Tansi (Diogène à Brazzaville, le « Roméo et Juliette » de Shakespeare réécrit par SLT et mis en scène à Dakar, conférence de Bayardelle, etc.).

 

Ce séminaire si fourni et si riche nous a apporté tant sur le plan matériel que sur le plan intellectuel beaucoup de documentations et de connaissance dans le monde des écrivains, en particulier Sony Labou Tansi et Serge Amisi.

En définitive, ce séminaire nous a outillé d’une connaissance suffisante sur la « Génétique des textes », une approche critique qui permet d’étudier l’évolution du texte à partir de ses manuscrits.

 

 

Annexe : Documentation mise à notre disposition :

NB : l’astérisque signale un ouvrage donné par l’ITEM et déposé à la bibliothèque à l’issue de la formation.

I Ouvrages critiques

Brouillons d’écrivains (catalogue expo BNF, 2003) ;

– *La génétique des textes (P.M. de Biasi, CNRS, 2011) ;

Logiques du brouillon (Daniel Ferrer) ;

– *Aimé Césaire à l’œuvre, (ITEM/CNRS/AUF, 2010) ;

– *L.S. Senghor : cent ans de négritude. DVD (AUF) ;

– Revue Liaison, n° 32, février 1953 (éditorial de P. L. Tchibamba : « L’art africain se meurt ») ;

– Revue Genesis, 33 : « Afrique-Caraïbes » (2010) ;

– Revue Études littéraires africaines, 15 : « Approche génétique des écrivains congolais » (2003).

 

II Coupures de presse sur l’actualité de la génétique et des archives :

« Des toiles en pleine lumière » (Libération, 9/06/98) ; « L’édition entre la page et l’écran » (Le Monde, 21/08/98) ; « Archéologie de l’écrit » (Libération, 27/08/98) ; « Sur Proust : Le chaînon manquant » (Le Point, 22/02/02) ; « Barthes en libres cours » (Libé, 24/01/03) ; « Tout Bovary manuscrit sur Internet » (Le monde, 23/07/07) ; « Madame Bovary au scanner » (Libération, 27/4/2009) ; « La Bibliothèque numérique mondiale, en ligne, réduit la fracture culturelle entre Nord et Sud » (Le Monde, 04/09) ; « Michel Foucault n’est pas un trésor » (Le Monde, 18/05/12) ; « Le mystère de la chambre noire » (Libération, 5/12/12) ; « Alison Bechdel met sa vie en cases : une page manuscrite de Virginia Wolf » (Libération, 21/11/13).

 

III Dossiers et éditions génétiques :

– *J.-J. Rabearivelo : Sauvegarde et valorisation des manuscrits malgaches, (ITEM/CNRS/AUF, 2009) ; *Œuvres complètes,  Tome 1, (ITEM/CNRS/AUF, 2010) ;

–  Sony Labou Tansi : L’autre monde, écrits inédits (Revue noire, 1997) ; L’atelier de Sony Labou Tansi (Revue noire, 2005) ; Ici commence ici (Ed. Clé, 2013) ; 1 disque dur externe contenant l’ensemble des archives numériques SLT déposées à l’ITEM (manuscrits, entretiens audio, transcriptions diplomatiques, photos, articles, etc.) ;

– Henri Lopès : réponses au questionnaire de Greta Rodriguez (10 pages, 2003) ; entretien avec L. Moudileno (in Genesis, 33) ; Dossier classé : 3 pages dactylographiées avec corrections autographes + 2 pages du texte publié correspondant (Le Seuil, p. 22-23);

– Serge Amisi : Dossier « L’enfant-soldat, langages & images » (ELA, 33, 2012) ; Cahier 1, original en lingala, version numérique ; Montage réalisé par Daniel Delas de pages la 1ère version traduite et des pages correspondantes éditées ; Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain. Carnets d’un enfant de la guerre (Vents d’ailleurs, 2011).

 

 

Rapport rédigé par Alombong Ontal, à Lubumbashi le 14 décembre 2013.

Revu et complété par Nicolas Martin-Granel, à Paris le 15 janvier 2014.


Vous aimerez aussi...