Albert Memmi. Portraits

Albert Memmi. Portraits

Crédits : CNRS Éditions

En 1957, en pleine guerre d’Algérie, paraissait Portrait du colonisé, précédé d’un Portrait du colonisateur. Traduit en une vingtaine de langues, cet ouvrage – plus explicatif que ceux de Césaire, moins violent que ceux de Sartre, moins tourmenté que ceux de Fanon et d’un genre nouveau en sociologie : le Portrait – inspira les théoriciens de nombreux mouvements sociaux et régionalistes, après avoir servi de bréviaire à la plupart des mouvements indépendantistes à travers le monde.

Près de trente ans plus tard, le Portrait du décolonisé (2004) établissait à contre-courant un bilan sans concessions ni manichéisme du mouvement engagé avec les décolonisations, concluant à une permanence remarquable du duo constitué par les dominants et les dominés.

Entre ces deux essais fondateurs, Albert Memmi, dont la pensée sociologique et politique a traversé le XXe siècle, a ainsi composé plusieurs portraits ou autoportraits, comme son magistral Portrait d’un juif en deux volumes (1962 et 1966) qui souleva en son temps d’âpres et durables polémiques. Avec L’Homme dominé (1968), cette longue et ambitieuse recherche aboutit à un impossible portrait global de l’homme dominé qui établirait la somme de nos aliénations, avant d’évoluer vers une réflexion sur la dépendance.

C’est sous cet angle, entre fiction et réflexion, qu’a été établie l’édition génétique et critique des essais sur la dominance d’Albert Memmi. Elle montre que ces textes, pour coller à l’évolution du monde moderne, sont eux-mêmes conçus comme évolutifs, au fil de leur enchaînement mais aussi de leurs rééditions et de leurs traductions.

Guy Dugas


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search