Parution de Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas

Couve Black Label defCentré sur Black-Label, quatrième recueil de Damas, l’essai du Pr Kathleen Gyssels (Université d’Anvers) pose un regard nouveau et désenclavant sur ces poésies, un peu négligées au moment de leur première parution chez Gallimard (quatrième de couverture) :

En 1956, le « troisième homme de la négritude » publie son troisième recueil de poésie chez son éditeur le plus prestigieux, Gallimard. Force est de constater que ce poème en quatre mouvements retint peu l’attention des critiques, et pour cause. Le Guyanais s’y montre particulièrement élusif tout en reprenant la thématique qui lui tient à cœur (anticlérical et anti-bourgeois, pacifiste et anti-assimilationniste).

Paru l’année même du premier Congrès des artistes et écrivains noirs, « Black-Label » est le plus surréaliste chant alternant passé et présent, pays rêvé et pays réel, mais encore, sous l’effet des « Alcools », des fantasmes de transgressions et des aveux et prières de pardon. Ici, Damas se montre traversé de crises profondes touchant aux Lignes multiples qui confinent l’Antillo-Guyanais, tant en France qu’ailleurs : Ligne de couleur (DuBois), de classe et de « gender ».

Dans l’essai, le troisième recueil du troisième homme de la négritude est situé dans son contexte socio-historique, désenclavant Damas de la négritude et l’incluant dans d’autres triangles d’âmes-frères. D’abord, l’affiliation esthétique et éthique, stylistique avec Richard Wright, Langston Hughes, Claude Mc Kay, ensuite la proximité avec Apollinaire, Ghérasim Luca, Robert Desnos sont à noter dans les quatre Mouvements de Black-Label. Voix solitaire, laminée par l’exil et les souvenirs d’enfance, voix qui clame aussi la déception dans la rencontre de l’Autre. Les rencontres amoureuses y donnent lieu à une alternance entre « moods » d’exaltation et de dépression.

Divers genres résonnent en effet dans ce recueil peu étudié donc certains passages figuraient dans son propre Anthologie, Latitudes, de 1947.

Que ce soit son récit de voyage atypique (Retour de Guyane » ), ses poèmes antérieurs (« Pigments », « Graffiti ») et postérieurs (« Névralgies » sortira dix ans après), ses écrits journalistiques et sa collecte de contes créoles (« Veillées noires »), Damas se montre un métis culturel dans sa mélopée aux accents suaves du son et de blues. Avec la danse afro-cubaine et les rythmes de l’Atlantique noir, ce poète rebelle dont on qualifia l’art poétique de « simple » et « peu sophistiquée », est injustement négligé et méconnu aux Antilles et sous d’autres latitudes. A l’heure où Christiane Taubira scande devant l’Assemblée l’oublié, il convient de relire le précurseur qui traversa toutes les Lignes (ethniques, sociales, linguistiques, nationales, genrées).

Kathleen Gyssels est professeur de littératures de la diaspora noire et juive à l’Université d’Anvers. En tant que comparatiste elle a publié sur les Schwarz-Bart, Condé, Glissant et de nombreux autres auteurs originaires de la Caraïbe et des Etats-Unis (Toni Morrison, James Baldwin, Derek Walcott, Caryl Phillips). Elle vient de publier Marrane et marronne : la coécriture réversible d’André et de Simone Schwarz-Bart (Leyde : Brill, 2014). Une seconde monographie sur Damas doit paraître chez Brill, en 2017, sous le titre : ‘A ti pas’ selon l’antillectuel L.G Damas.

Kathleen Gyssels, Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas, Caen, Passage(s), 2016, collection « Essais ».

ISBN : 979-10-94898-01-7

308 p., 20 €


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search