Williams Sassine sur RFI

Par Olivier RogezDiffusion : dimanche 19 février 2017

Elisabeth Degon: «Williams Sassine n'avait pas peur de dire les choses, de provoquer»
Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen, 
une biographie d’Elisabeth Degon, parue aux Editions Karthala. DR

Alors que l’Unesco célèbre cette année le livre en Guinée à travers l’opération « Conakry, Capitale mondiale du livre », nous vous proposons ce matin de découvrir ou redécouvrir l’auteur guinéen Williams Sassine, décédé il y a 20 ans, quasiment jour pour jour puisque c’était le 9 février 1997. Auteur de 9 romans – parmi lesquels Le Zéhéros n’est pas n’importe qui ou Le Jeune homme de sable –, Sassine est reconnu à l’étranger mais assez peu diffusé dans son pays. L’écrivain est davantage célèbre pour les chroniques politiques qu’il a tenues pendant plusieurs années dans le périodique satirique Le Lynx, à Conakry. La Française Elisabeth Degon consacre une biographie à Williams Sassine, parue en janvier chez Karthala, intituléeWilliams Sassine avec en sous-titre : Itinéraires d’un indigné guinéen. Olivier Rogez l’a rencontrée.

 « Il [Williams Sassine] a apporté beaucoup de fraîcheur, beaucoup de nouveautés, beaucoup de liberté. Mais il disait qu’il écrivait en vain, parce qu’il n’était pas lu. C’est un mythe, Williams Sassine en Guinée. Parce qu’en fait, tout le monde le connaît et personne ne le connaît.[…] Sassine était courageux. Il n’avait pas peur de parler, de dire les choses, de provoquer. Et c’est ce qui lui a créé aussi beaucoup d’inimitiés. »

Sony Labou Tansi à l’honneur au Tarmac, le 19 octobre 2016

prog-slt31Vingt ans après sa disparition, Sony Labou Tansi reste une figure majeure du théâtre et du roman africain, mais c’est aussi un poète et essayiste de portée universelle, comme le découvrent aujourd’hui plusieurs ouvrages qui viennent compléter son oeuvre foisonnante.

La voix de Sony Labou Tansi, moderne et intempestive, Grace Seri, Raphaël Naasz, Roch Amedet Banzouzi, Sara Darmayan et Emmanuel Lagarrigue la feront résonner en travaillant deux versions différentes d’un même recueil poétique, L’Acte de respirer.

En complément, l’équipe « Manuscrit francophone » de l’ITEM présentera sur la plateforme e-Man La Bombe Sony, un parcours littéraire et visuel conçu autour de l’écriture et poésie atomiques de celui qui disait « Je suis la bombe à hydrogène qui parle », conçu par l’équipe du projet « L’atelier numérique de Sony Labou Tansi » – Céline Gahungu, Xavier Garnier, Rym Khene, Nicolas Martin-Granel, Julie Peghini, Claire Riffard.

http://eman-archives.org/francophone/exhibits/show/sony-ou-la-bombe-h/la-bombe-h-sony

Formation à e-Man, Tlemcen (Algérie), 20-21 avril 2016

Une formation à notre nouvelle plateforme d’édition numérique génétique, e-Man, a été donnée à Tlemcen sur les manuscrits d’auteurs algériens du XXème siècle.

équipe algéro-française, Univ. de Tlemcen_ITEM_LaFEF, crédits : CR
équipe algéro-française, Univ. de Tlemcen_ITEM_LaFEF, crédits : CR

Les objectifs étaient de s’initier aux atouts et contraintes d’une édition génétique numérique, de découvrir et manipuler la plate-forme e-Man et de saisir des métadonnées pour des collections, des contenus et des fichiers. Les 12 participant(e)s ont pu créer 5 collections et continueront le travail à distance jusqu’à publication de ces collections.

Parution de Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas

Nous signalons la sortie, aux Éditions Passage(s), de l’essai de la Pr Kathleen Gyssels (Université d’Anvers), consacré à l’oeuvre Léon-Gontran Damas, poète guyanais, appelé aussi le troisième homme de la négritude.

Centré sur Black-Label, quatrième recueil de Damas, le livre de la Pr Gyssels pose un regard nouveau et désenclavant sur ces poésies, un peu négligées au moment de leur première parution chez Gallimard (la quatrième de couverture) :

En 1956, le « troisième homme de la négritude » publie son troisième recueil de poésie chez son éditeur le plus prestigieux, Gallimard. Force est de constater que ce poème en quatre mouvements retint peu l’attention des critiques, et pour cause. Le Guyanais s’y montre particulièrement élusif tout en reprenant la thématique qui lui tient à cœur (anticlérical et anti-bourgeois, pacifiste et anti-assimilationniste).

Paru l’année même du premier Congrès des artistes et écrivains noirs, « Black-Label » est le plus surréaliste chant alternant passé et présent, pays rêvé et pays réel, mais encore, sous l’effet des « Alcools », des fantasmes de transgressions et des aveux et prières de pardon. Ici, Damas se montre traversé de crises profondes touchant aux Lignes multiples qui confinent l’Antillo-Guyanais, tant en France qu’ailleurs : Ligne de couleur (DuBois), de classe et de « gender ».

Dans l’essai, le troisième recueil du troisième homme de la négritude est situé dans son contexte socio-historique, désenclavant Damas de la négritude et l’incluant dans d’autres triangles d’âmes-frères. D’abord, l’affiliation esthétique et éthique, stylistique avec Richard Wright, Langston Hughes, Claude Mc Kay, ensuite la proximité avec Apollinaire, Ghérasim Luca, Robert Desnos sont à noter dans les quatre Mouvements de Black-Label. Voix solitaire, laminée par l’exil et les souvenirs d’enfance, voix qui clame aussi la déception dans la rencontre de l’Autre. Les rencontres amoureuses y donnent lieu à une alternance entre « moods » d’exaltation et de dépression.

Divers genres résonnent en effet dans ce recueil peu étudié donc certains passages figuraient dans son propre Anthologie, Latitudes, de 1947.

Que ce soit son récit de voyage atypique (Retour de Guyane » ), ses poèmes antérieurs (« Pigments », « Graffiti ») et postérieurs (« Névralgies » sortira dix ans après), ses écrits journalistiques et sa collecte de contes créoles (« Veillées noires »), Damas se montre un métis culturel dans sa mélopée aux accents suaves du son et de blues. Avec la danse afro-cubaine et les rythmes de l’Atlantique noir, ce poète rebelle dont on qualifia l’art poétique de « simple » et « peu sophistiquée », est injustement négligé et méconnu aux Antilles et sous d’autres latitudes. A l’heure où Christiane Taubira scande devant l’Assemblée l’oublié, il convient de relire le précurseur qui traversa toutes les Lignes (ethniques, sociales, linguistiques, nationales, genrées).

Kathleen Gyssels est professeur de littératures de la diaspora noire et juive à l’Université d’Anvers. En tant que comparatiste elle a publié sur les Schwarz-Bart, Condé, Glissant et de nombreux autres auteurs originaires de la Caraïbe et des Etats-Unis (Toni Morrison, James Baldwin, Derek Walcott, Caryl Phillips). Elle vient de publier Marrane et marronne : la coécriture réversible d’André et de Simone Schwarz-Bart (Leyde : Brill, 2014). Une seconde monographie sur Damas doit paraître chez Brill, en 2017, sous le titre : ‘A ti pas’ selon l’antillectuel L.G Damas.

Couve Black Label defKathleen Gyssels, Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas, Caen, Passage(s), 2016, collection « Essais ».

ISBN : 979-10-94898-01-7

308 p., 20 €

Du silence des manuscrits aux mouvances du livre, Daniel Maximin à l’ITEM, 18 mars 2016

DMaximin-flyer

Introduction à sa conférence par Daniel Maximin. Où il est question notamment du rapport de Césaire à ses manuscrits…

Daniel Maximin raconte un pan de la genèse de L’Isolé soleil, en dialogue avec l’œuvre d’Hélène Cixous.

Sony Labou Tansi au musée du quai Branly, 12 mars 2016

Rencontre avec Nicolas Martin-Granel et Claire Riffard à l’occasion de la sortie de Poèmes, de Sony Labou Tansi , une édition critique et génétique de l’oeuvre poétique qu’ils ont coordonnée en collaboration avec Céline Gahungu. Avec également Patrice Yengo, anthropologue, traducteur des poèmes en kikongo. Lectures de Sara Darmaya et Roch Amedet Banzouzi avec l’accompagnement musical d’Emmanuel Lagarrigue.

Sony Labou Tansi (1947-1995) est connu et célébré comme romancier et dramaturge. Mais qui connaît son oeuvre poétique ? À la mort de l’écrivain, on découvre dans ses papiers une multitude de poèmes manuscrits inédits. L’ensemble constitue une mosaïque de recueils et de fragments qui obéit à un dessein aussi cohérent que son théâtre et son oeuvre romanesque. La présente édition génétique les reprend tous dans le continuum chronologique de leur écriture autographe, telle qu’elle a pu être reconstituée à partir des manuscrits, de la correspondance et des entretiens.

  • Sony Labou Tansi Poèmes, CNRS Editions, collection «Planète Libre», 2015
  • La Chair et l’Idée. Sony Labou Tansi en scène(s), Correspondances, théâtre et poèmes inédits, témoignages, écrits et regards critiques, Les Solitaires intempestifs, juin 2015
  • Encre, sueur, salive et sang, Seuil, septembre 2015, Édition présentée et établie par Greta Rodriguez-Antoniotti

http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/details-de-levenement/e/sony-labou-tansi-poemes-36315/

Lieu : Musée du quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache. de 17:00 à 18:30

Date : 12 mars 2016 –

l’Unesco immortalise Bernard Dadié

Bernard Dadié (100 ans) recevra le Prix Unesco-Unam Jaime Torres Bodet le 11 février prochain, au Palais de la culture d’Abidjan-Treichville. Selon Pr. Lou Bamba, secrétaire général de la Commission nationale pour l’Unesco, qui donnait une conférence de presse, le mardi 2 février 2016, au cabinet du ministère de la Culture et de la Francophonie, Bernard Dadié a été choisi par le directeur général de l’Unesco, à la lumière de l’évaluation faite par un jury et sur sa recommandation.
«La Commission nationale pour l’Unesco que je préside a proposé la candidature de Bernard Dadié. Et en novembre 2015, pendant que je participais aux journées internationales de la philosophie, j’ai reçu un coup de fil qui m’annonçait que notre Bernard Dadié est le lauréat. Je vous assure que dans ces conditions, même quand vous êtes petit, vous devenez subitement grand», a expliqué Pr. Lou Bamba. «La remise du Prix devrait se faire à Paris, mais, vu l’état de Bernard Dadié, la remise se fera ici, à Abidjan, au Palais de la culture, le 11 février prochain. La directrice générale de l’Unesco devrait également venir lui remettre le Prix, mais son calendrier l’en empêche. C’est donc son représentant résident, Ydo Yao qui le fera», a-t-il ajouté.
Le Prix Unesco-Unam Jaime Torres Bodet en sciences sociales, lettres et arts en est à sa première édition, puisqu’il a été institué en juin 2015, lorsque la directrice général de l’Unesco a demandé à tous les pays membres de proposer des candidats, dont 20 étaient en course.
Avec pour but de récompenser l’action d’une personne, d’un groupe de personnes ou d’une institution internationale ayant contribué au progrès du savoir et de la société par l’art, l’enseignement et la recherche en sciences sociales et lettres, ce prix est financé par l’Université nationale autonome du Mexique à hauteur 50.000 dollars, soit 25 millions FCFA.
Le nom qu’il porte est celui de l’ancien directeur de l’Unesco, de 1948 à 1952, Jaime Torres Bodet, qui fut, par ailleurs, président de l’Université du Mexique.

Les archives de Rabearivelo à l’heure du numérique

Présentation du site des manuscrits numérisés de J.J Rabearivelo (ITEM/CNRS), samedi 30 janvier, Institut français, Antananarivo.

Avec Magali Nirina Marson (FLSH, Université d’Antananarivo), Serge Meitinger (Université de la Réunion) et Xavier Jarrin-Luce (ITEM/ CNRS)

jjr

L’établissement des deux gros volumes des Œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo, parus en 2010 et 2012, a été rendu possible par un important travail de rassemblement, de tri et de classification des archives de l’œuvre (manuscrits, tapuscrits, textes édités). Le moment est venu de partager ce trésor sur le web avec le public intéressé dans le monde entier. A cet effet, un site a été créé par l’ITEM-CNRS (Institut des Textes et Manuscrits Modernes, Centre National de la Recherche Scientifique), sur la plate-forme « e-Man, Plateforme d’édition de manuscrits modernes francophones» , http://eman-archives.org, dédié à Jean-Joseph Rabearivelo. C’est ce site que nous souhaitons faire découvrir en expliquant son organisation et en précisant son mode d’emploi. Nous montrerons aussi comment l’édition récente d’un recueil « inédit » de notre poète : Chants d’Iarive précédé de Snoboland a eu recours aux archives et comment celles-ci, désormais accessibles sur internet, permettraient de prolonger la recherche sur ce livre comme sur tous les autres sans oublier la mise au jour de nombreux inédits offerts à la recherche comme à la curiosité. Serge Meitinger

LES ARCHIVES DE JEAN-JOSEPH RABEARIVELO À L’HEURE DU NUMÉRIQUE – Littérature

Étienne Minoungou à Limoges, hommage à SLT

Témoignage sur France 3 d’un héritier de Sony Labou Tansi, le comédien Étienne Minoungou, qui vient de proposer à Limoges une lecture-spectacle de textes tirés d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015) et de Poèmes.

Voir le lien :

https://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/56059d399473997afaad8606/75cc6dc5082e4eefac5e0cef0088cec9?wmode=transparent&chromeless=0&autoplay=1

BnF : Xavier Garnier à propos de Sony Labou Tansi

samedi 14 novembre 2015, 17h00-18h00

Site François-Mitterrand – Club de l’Est, Quai François-Mauriac, Paris 13e

Professeur de littératures française et francophone à l’Université de Paris III, Xavier Garnier évoque la figure de Sony Labou Tansi, disparu il y a 20 ans. L’écrivain congolais Sony Labou Tansi a traité dans son œuvre de romancier, d’essayiste et surtout de poète, des difficultés de la décolonisation. Il a laissé plusieurs œuvres marquantes comme La vie et demie et L’anté-peuple.
Avec Sarah Tournerie, conservateur, département Littérature et art, BnF.