Williams Sassine sur RFI

Par Olivier RogezDiffusion : dimanche 19 février 2017

Elisabeth Degon: «Williams Sassine n'avait pas peur de dire les choses, de provoquer»
Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen, 
une biographie d’Elisabeth Degon, parue aux Editions Karthala. DR

Alors que l’Unesco célèbre cette année le livre en Guinée à travers l’opération « Conakry, Capitale mondiale du livre », nous vous proposons ce matin de découvrir ou redécouvrir l’auteur guinéen Williams Sassine, décédé il y a 20 ans, quasiment jour pour jour puisque c’était le 9 février 1997. Auteur de 9 romans – parmi lesquels Le Zéhéros n’est pas n’importe qui ou Le Jeune homme de sable –, Sassine est reconnu à l’étranger mais assez peu diffusé dans son pays. L’écrivain est davantage célèbre pour les chroniques politiques qu’il a tenues pendant plusieurs années dans le périodique satirique Le Lynx, à Conakry. La Française Elisabeth Degon consacre une biographie à Williams Sassine, parue en janvier chez Karthala, intituléeWilliams Sassine avec en sous-titre : Itinéraires d’un indigné guinéen. Olivier Rogez l’a rencontrée.

 « Il [Williams Sassine] a apporté beaucoup de fraîcheur, beaucoup de nouveautés, beaucoup de liberté. Mais il disait qu’il écrivait en vain, parce qu’il n’était pas lu. C’est un mythe, Williams Sassine en Guinée. Parce qu’en fait, tout le monde le connaît et personne ne le connaît.[…] Sassine était courageux. Il n’avait pas peur de parler, de dire les choses, de provoquer. Et c’est ce qui lui a créé aussi beaucoup d’inimitiés. »

Ntumba Wa Mulu, La Vie des hommes

Le livre

À Kinshasa, la prison centrale de Makala est un monde à part, avec sa hiérarchie, ses règles, ses pavillons. Dans le pavillon VIP, histoires individuelles et histoire nationale s’entremêlent. S’y côtoient Illunga le vendeur de mikaté, Gabi le militant du MLC, Jojo la quéquette, le pasteur Évariste Msiri… La Vie des hommes, c’est la rencontre avec ces détenus et, à travers elle, un portrait du Congo et de l’Afrique contemporaine.
 
– Mon petit, je te donnerai un conseil et rien de plus ; même si tu ne crois plus en Dieu, une fois que tu seras là-bas, prie comme t’as jamais prié de toute ta vie. Ici les gens comme toi, on les appelle Tintin. T’as déjà lu Tintin au Congo ?
Son regard – un œil tout rouge et l’autre amoché – effraie et dégoûte. Tout en parlant, il balance des poignées d’arachides au fond de sa gorge.
– Ici c’est pas le Congo, c’est Makala et ce petit con de Tintin, ici, on l’aurait bouffé.

L’auteur

Ntumba Wa Mulu est né en 1981 à Kananga (Kasaï-Occidental), en République démocratique du Congo. À l’âge de trois ans, il quitte la RDC pour la France, où son père enseigne les civilisations africaines. Après un Master de science politique à l’université de Bordeaux, il rentre au pays en 2011, après presque trente ans d’absence. Face aux dures réalités du pays, l’enfant grandit, mûrit, écrit. La Vie des hommes est son premier livre.
 
 
Pour acheter l’ouvrage
Pour tout achat institutionnel (librairies, bibliothèques…) ou individuel en RDC, vous pouvez contacter les responsables de la distribution :
 
– Thomas Lumbi (+243 (0) 842 311 606, tlumbi@gmail.com), pour Kinshasa.
– Dominique Katumba (+243 (0) 97 6492 657, dominique.katumba@editions-nzoi.org), pour Lubumbashi.
Pour un achat en France ou en Europe, contacter librairie@editions-nzoi.org.

Voir aussi « Où trouver les livres des éditions Nzoi ? » (www.editions-nzoi.org/9)  

 

Parution de Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas

Nous signalons la sortie, aux Éditions Passage(s), de l’essai de la Pr Kathleen Gyssels (Université d’Anvers), consacré à l’oeuvre Léon-Gontran Damas, poète guyanais, appelé aussi le troisième homme de la négritude.

Centré sur Black-Label, quatrième recueil de Damas, le livre de la Pr Gyssels pose un regard nouveau et désenclavant sur ces poésies, un peu négligées au moment de leur première parution chez Gallimard (la quatrième de couverture) :

En 1956, le « troisième homme de la négritude » publie son troisième recueil de poésie chez son éditeur le plus prestigieux, Gallimard. Force est de constater que ce poème en quatre mouvements retint peu l’attention des critiques, et pour cause. Le Guyanais s’y montre particulièrement élusif tout en reprenant la thématique qui lui tient à cœur (anticlérical et anti-bourgeois, pacifiste et anti-assimilationniste).

Paru l’année même du premier Congrès des artistes et écrivains noirs, « Black-Label » est le plus surréaliste chant alternant passé et présent, pays rêvé et pays réel, mais encore, sous l’effet des « Alcools », des fantasmes de transgressions et des aveux et prières de pardon. Ici, Damas se montre traversé de crises profondes touchant aux Lignes multiples qui confinent l’Antillo-Guyanais, tant en France qu’ailleurs : Ligne de couleur (DuBois), de classe et de « gender ».

Dans l’essai, le troisième recueil du troisième homme de la négritude est situé dans son contexte socio-historique, désenclavant Damas de la négritude et l’incluant dans d’autres triangles d’âmes-frères. D’abord, l’affiliation esthétique et éthique, stylistique avec Richard Wright, Langston Hughes, Claude Mc Kay, ensuite la proximité avec Apollinaire, Ghérasim Luca, Robert Desnos sont à noter dans les quatre Mouvements de Black-Label. Voix solitaire, laminée par l’exil et les souvenirs d’enfance, voix qui clame aussi la déception dans la rencontre de l’Autre. Les rencontres amoureuses y donnent lieu à une alternance entre « moods » d’exaltation et de dépression.

Divers genres résonnent en effet dans ce recueil peu étudié donc certains passages figuraient dans son propre Anthologie, Latitudes, de 1947.

Que ce soit son récit de voyage atypique (Retour de Guyane » ), ses poèmes antérieurs (« Pigments », « Graffiti ») et postérieurs (« Névralgies » sortira dix ans après), ses écrits journalistiques et sa collecte de contes créoles (« Veillées noires »), Damas se montre un métis culturel dans sa mélopée aux accents suaves du son et de blues. Avec la danse afro-cubaine et les rythmes de l’Atlantique noir, ce poète rebelle dont on qualifia l’art poétique de « simple » et « peu sophistiquée », est injustement négligé et méconnu aux Antilles et sous d’autres latitudes. A l’heure où Christiane Taubira scande devant l’Assemblée l’oublié, il convient de relire le précurseur qui traversa toutes les Lignes (ethniques, sociales, linguistiques, nationales, genrées).

Kathleen Gyssels est professeur de littératures de la diaspora noire et juive à l’Université d’Anvers. En tant que comparatiste elle a publié sur les Schwarz-Bart, Condé, Glissant et de nombreux autres auteurs originaires de la Caraïbe et des Etats-Unis (Toni Morrison, James Baldwin, Derek Walcott, Caryl Phillips). Elle vient de publier Marrane et marronne : la coécriture réversible d’André et de Simone Schwarz-Bart (Leyde : Brill, 2014). Une seconde monographie sur Damas doit paraître chez Brill, en 2017, sous le titre : ‘A ti pas’ selon l’antillectuel L.G Damas.

Couve Black Label defKathleen Gyssels, Black-Label ou les déboires de Léon-Gontran Damas, Caen, Passage(s), 2016, collection « Essais ».

ISBN : 979-10-94898-01-7

308 p., 20 €

Léon-Gontran Damas, Une Négritude entière

Léon-Gontran Damas, Une Négritude entière, vient de paraître chez L’Harmattan, dans la collection « Espaces Littéraires ». Trois ans après le centenaire Damas, l’anthologie présente un double intérêt : habiliter ou réhabiliter l’œuvre et l’homme. Elle entre aussi en résonance avec les débats et réflexions contemporains en questionnant globalement sur l’espace pris, accordé, refusé, dans la société à ces « négligeables ou carrément inexistants », ou pourquoi il est grand temps d’ « abolir définitivement la minoration et relégation ».

unenegritudeentiere

 

BnF : Xavier Garnier à propos de Sony Labou Tansi

samedi 14 novembre 2015, 17h00-18h00

Site François-Mitterrand – Club de l’Est, Quai François-Mauriac, Paris 13e

Professeur de littératures française et francophone à l’Université de Paris III, Xavier Garnier évoque la figure de Sony Labou Tansi, disparu il y a 20 ans. L’écrivain congolais Sony Labou Tansi a traité dans son œuvre de romancier, d’essayiste et surtout de poète, des difficultés de la décolonisation. Il a laissé plusieurs œuvres marquantes comme La vie et demie et L’anté-peuple.
Avec Sarah Tournerie, conservateur, département Littérature et art, BnF.